Fonds de solidarité : plus d'un tiers des auto-entrepreneurs ne l'ont pas touché en décembre

Fonds de solidarité : plus d'un tiers des auto-entrepreneurs ne l'ont pas touché en décembre
Bercy a intensifié ses contrôles et cela provoque du retard dans le versement des aides (illustration).

, publié le jeudi 11 février 2021 à 14h55

Le renforcement des contrôles pour lutter contre la fraude entraîne des retards et porte préjudice à de nombreux auto-entrepreneurs qui n'ont pas pu toucher en décembre le fonds de solidarité. 



Depuis le début de la crise du Covid-19, l'exécutif a mis en place de nombreuses mesures d'aides aux entreprises en difficultés, notamment le fonds de solidarité. Encore faut-il pouvoir le toucher. Franceinfo révèle jeudi que 39% des auto-entrepreneurs n'ont pas encore touché leur aide du mois de décembre 2020. 

"Sur le terrain, on nous remonte des lenteurs qui ont des conséquences très concrètes pour un auto-entrepreneur qui gagne 1.500 à 2 000 euros par mois", déplore sur franceinfo Ludovic Badeau, porte-parole de la Fédération des auto-entrepreneurs, qui représente 80.000 entreprises. En effet, le ministère de l'Economie et des Finances a décidé de renforcer ses contrôles pour lutter contre la fraude, avec un formulaire complexe où la moindre erreur enraye tout le processus et entraîne des retards aux conséquences non négligeables. 

"Au début on observait à peu près 7 jours pour toucher le fonds de solidarité en mars 2020, aujourd'hui on tend à un à deux mois. Le fonds de solidarité c'est un fonds d'urgence et là on est en train de perdre ce caractère d'urgence", alerte M. Badeau. "On devrait faire des enquêtes a posteriori, verser le fonds de manière quasi automatique pour conserver ces entreprises en vie, et non assujettir le versement de l'aide à la réponse aux contrôles", estime Grégoire Leclercq, président de la FNAE à franceinfo.

Le volet universel prolongé

Le fonds de solidarité s'est beaucoup élargi depuis le début de la crise. Le plafond d'indemnisation peut désormais aller jusqu'à 200.000 euros par mois, dans la limite de 20% du chiffre d'affaires pour les entreprises des secteurs fermés administrativement et de ceux qui en dépendent étroitement, et ce quelle que soit leur taille. Par ailleurs, les frais fixes des plus grosses structures peuvent être pris en charge à 70%, dans une limite qui a été relevée de 3 à 10 millions d'euros après accord de l'UE.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a par ailleurs annoncé mercredi 10 février que le volet universel du fonds de solidarité, qui permet à toutes les petites entreprises en difficulté à cause de la crise du Covid-19 d'obtenir une aide mensuelle jusqu'à 1.500 euros, sera finalement prolongé pour les mois de janvier et février. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.