Fonction publique : "Le statut n'est pas un privilège", clame Philippe Martinez

Fonction publique : "Le statut n'est pas un privilège", clame Philippe Martinez
Philippe Martinez, le 10 décembre 2019, à Paris
A lire aussi

Orange avec AFP-Services, publié le jeudi 09 mai 2019 à 12h35

Le secrétaire général de la CGT a défendu le statut de fonctionnaire, qui est selon lui la garantie de son "indépendance" face au "marché et au politique".

Les fonctionnaires battent le pavé jeudi 9 mai contre le projet de loi censé "moderniser" leur statut, au menu de l'Assemblée nationale à compter du 13 mai. Les neuf syndicats (CGT, CFDT, FO, FSU, Solidaires, Unsa, FA-FP, CFE-CGC, CFTC) représentant les 5,5 millions d'agents publics font aujourd'hui front commun, dénonçant une réforme à "la portée très grave", y compris pour la qualité du service rendu aux citoyens.

Sur le plateau de BFM-TV, Philippe Martinez a abondé ce sens, mettant en avant la nécessité de préserver ce "lien entre fonctionnaire et citoyen". "Le statut, contrairement à ce qui se dit, ce n'est pas un privilège.C'est ce qui fait le lien entre le fonctionnaire et le citoyen. C'est ce qui garantit son indépendance", a t-il déclaré.

"La finalité de l'entreprise, c'est d'abord les dividendes aux actionnaires. Le statut du fonctionnaire, c'est son lien au citoyen, c'est une indépendance vis à vis du marché mais aussi du politique", a t-il développé. "Le statut du fonctionnaire permet, quel que soit le gouvernement en place ou l'étiquette du maire, que la mission première revienne en avant", ajoute t-il encore.

Les syndicats ont indiqué que la journée de jeudi ne serait "qu'une étape" d'une mobilisation "dans la durée" pour "dire non" à la réforme du statut de fonctionnaire. Le secrétaire d'Etat Olivier Dussopt leur a opposé une fin de non-recevoir, confirmant qu'il n'y aurait ni retrait, ni renégociation de cette réforme "attendue par les agents" selon lui.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.