Finistère : un gendarme se suicide avec son arme de service

Finistère : un gendarme se suicide avec son arme de service
Un gendarme de Haute-Garonne, le 9 mars 2018.

Orange avec AFP, publié le mardi 27 mars 2018 à 09h14

Le corps d'un gendarme adjoint volontaire de 27 ans a été retrouvé dans un logement de l'enceinte d'une caserne de Rennes.

Un jeune gendarme s'est suicidé lundi 26 mars, à Rennes, avec son arme de service. Son corps a été retrouvé dans le logement qui lui avait été attribué, rapporte Ouest France.



"Nous sommes tous profondément marqués et nous vivons très douloureusement ce choix de ce jeune homme de nous quitter. Malgré la proximité de ses camarades de travail et de vie, nous n'avons pas su déceler son désarroi", regrette le général Alain Pidoux, commandant de la région de gendarmerie de Bretagne.

Une "tendance inquiétante"

Une enquête a été confiée à la section de recherches pour déterminer les circonstances du drame. Il s'agit du huitième suicide chez les gendarmes depuis le début de l'année, une "tendance inquiétante" pour le directeur de la Gendarmerie nationale, qui était entendu par les sénateurs de la commission d'enquête sur l'état des forces de sécurité intérieure.

Une instance justement créée à l'automne pour se pencher sur la recrudescence des suicides chez les policiers et les gendarmes.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
46 commentaires - Finistère : un gendarme se suicide avec son arme de service
  • A force "bouffer du gendarme", on finira par en manquer.

    L'exemple tout récent de dévouement de l'un des leurs redorera-t-il un peu leur blason ?

    Sans doute ! Mais pour combien de temps ?

    "Français vous avez la mémoire courte"... Ca n'est pas d'hier mais ça n'a pas changé !

  • J'en connais quelque uns qui vont se réjouir. Lamentable
    Condoléance à sa famille et ses proches.
    Huit suicides depuis le début de l'année, rien d'étonnant, vu la façon dont sont traités; par certains, nos Gendarmes et Policiers.
    A quand les mêmes dispositifs pour eux que ceux mis en place après des événements graves, je pense à une cellule psychiatrique, sans pour autan dire que nos Gendarmes ont des problèmes de cet ordre. Mais les événement récents peuvent perturber les plus fragiles.

  • Pauvre jeune homme, à 26 ans, il ne méritait vraiment pas cela. La détresse se voit beaucoup chez les gens chargés de la sécurité des autres dont ils se sentent responsables. Un de mes employeurs est parti comme cela, à 43 ans, sans qu'aucune dépression ne semble l'affecter. Il assurait la sécurité d'un hôpital. Sa femme l'a retrouvé pendu dans leur chambre un soir. C'est d'une violence inouîe pour tout l'entourage, professionnel et personnel. On ne s'y attend pas du tout. Condoléances à sa famille.
    Cette personne a pu être très choquée par ce qui s'est passé ce week-end. La profession de gendarme est devenue hautement à risque. Je pense à eux tous les jours. Mais ils ne manquent pas de courage. Il faut les féliciter hautement.

  • gendarme adjoint volontaire, en fait contrat de 3 ans pour occuper le chômeur, pas gendarme du tout enfait

    c'est exact, il ne s'agit pas d'un gendarme titulaire mais d'un Adjt volontaire qui bénéficie d'un contrat de 3 ans. Ce genre de contrat a été "inventé" par Jospin pour enrayer le chômage. Les Adjts n'ont pas la formation, ni la compétence des vrais gendarmes, ni la solde bien sûr.

  • Le taux de suicides chez les Gendarmes est il très différent du taux de suicides moyen en France ?