Finistère : après sa mutation, une enseignante "séquestrée" par des parents d'élèves

Finistère : après sa mutation, une enseignante "séquestrée" par des parents d'élèves
Des écoliers à Guérande, le 7 septembre 2018. (photo d'illustration)

, publié le mercredi 12 septembre 2018 à 15h38

Le rectorat a décidé de fermer une classe de cette école qui dispense un enseignement bilingue français-breton, au grand dam des parents d'élèves.

Les parents de l'école Le Petit Prince sont en colère : pour protester contre la mutation d'une institutrice, ils ont manifesté devant le rectorat à Rennes. Surtout, ils ont "retenu" l'enseignante le week end dernier, pour l'empêcher de prendre son nouveau poste lundi, rapporte mardi 11 septembre Le Télégramme.



"Sans violence, mais pour alerter les autorités, précise une maman d'élève, interrogée par le quotidien.

Pour elle aussi, cette situation est très difficile et brutale." En poste depuis 10 ans dans cette école de Plouguerneau, elle a été mutée à Landerneau, à 30 kilomètres de là, alors qu'elle avait déjà fait sa rentrée. "Nous l'avons su deux jours après la rentrée, alors que les classes étaient déjà faites", déplore un autre parent d'élève. Sans cette enseignante bilingue français-breton, l'école a dû revoir toute la configuration de ses classes : certaines pourrait comporter jusqu'à trois niveaux et l'une pourrait accueillir 30 élèves.

Vendredi dernier, les parents d'élèves avaient donc menacé d'occuper l'école et de retenir l'enseignante. Le maire de Plougerneau avait annoncé à Ouest France que les parents et le corps enseignant "ont fait le choix d'empêcher l'institutrice de quitter l'école. Sans violence."

C'est "un ajustement classique de rentrée", s'est justifié le rectorat auprès du Télégramme. Alors que 98 enfants étaient attendus pour l'année scolaire, il n'y en a finalement eu que 94 le jour de la rentrée. "Nous avons donc décidé jeudi de redéployer les enfants dans quatre classes. Mais le taux d'encadrement reste à 23 élèves, dans la moyenne académique", a expliqué le rectorat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.