Fin de la gratuité des tests, 3e dose, centres commerciaux... De nouvelles mesures face à la hausse des cas de Covid-19

Fin de la gratuité des tests, 3e dose, centres commerciaux... De nouvelles mesures face à la hausse des cas de Covid-19
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le 28 juillet 2021.

publié le mercredi 11 août 2021 à 16h39

Alors que la situation sanitaire liée au Covid-19 s'aggrave en France, l'exécutif pousse plus que jamais les Français à se faire vacciner, en supprimant notamment dès octobre la gratuité des tests.

Face à une situation sanitaire liée au Covid-19 "plus que délicate" en métropole et "dramatique" aux Antilles, le gouvernement a décidé mercredi 11 août d'un tour de vis sanitaire.




"Le nombre de contaminations est sur un faux-plat légèrement ascendant, avec 22.500 contaminations détectées chaque jour", a indiqué le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l'issue du Conseil de défense. "C'est un plateau haut qui ne semble pas s'infléchir", a-t-il insisté, soulignant qu'à l'hôpital "la situation s'aggrave". "En une semaine, le nombre de patients hospitalisés a augmenté de 15% et dépasse les 9.200. En réanimation, le nombre d'admission a augmenté de près de 30% en sept jours. Plus de 1.700 patients sont aujourd'hui hospitalisés en soins critiques", a-t-il déploré. 




Quelles mesures ?

Pour faire face à cette flambée des cas, l'exécutif a ainsi décidé d'imposer le pass sanitaire dans les centres commerciaux de plus de 20.000 m2, dans les départements où le taux d'incidence dépasse 200 pour 100.000, soit une trentaine, en majorité dans la moitié sud du pays. Dans ces départements, les préfets devront aussi rétablir le port du masque obligatoire en intérieur dans les lieux recevant du public.

Les contrôles aux frontières seront renforcés : "100% des voyageurs venant de pays à risque seront contrôlés par test antigénique", a précisé Gabriel Attal.

Jusqu'ici gratuits, les tests de dépistage sans prescription médicale deviendront payants "à partir de la mi-octobre", afin de pousser la population à se faire vacciner. Un test négatif de moins de 72 heures suffit en effet pour valider son pass sanitaire. "Les tests à répétition n'empêchent pas d'aller à l'hôpital et de contaminer fortement. D'ici mi-octobre, chacun aura eu le temps de s'organiser et de prendre ses responsabilités, nous prenons également les nôtres", a justifié le porte-parole du gouvernement.

Face à l'explosion des cas en Guadeloupe, un confinement strict y sera appliqué dès ce mercredi soir, comme en Martinique depuis la veille.

Une 3e dose pour les plus fragiles

"La situation reste extrêmement tendue mais nous avons des motifs d'espoir", a toutefois souligné Gabriel Attal mettant en avant la vaccination. "Nous avons atteint le cap des 45 millions de Français ayant reçu une première injection. Huit majeurs sur 10 commencent à être protégés grâce au vaccin", a-t-il précisé. 

Afin de protéger au mieux les plus fragiles, le gouvernement va par ailleurs lancer une "campagne de rappel" pour une 3e dose pour les populations à risque à partir de mi-septembre. Les rendez-vous ouvriront fin août. 

"L'objectif, c'est la vaccination de tous les Français", avait martelé Emmanuel Macron en ouverture du Conseil de défense, avertissant : "La crise sanitaire n'est pas derrière nous. Nous allons vivre pendant encore plusieurs mois avec ce virus". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.