Festival de Cannes : "mobilisation exceptionnelle" pour la sécurité

Festival de Cannes : "mobilisation exceptionnelle" pour la sécurité
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, ce lundi aux côtés du maire de Cannes, David Lisnard (à gauche) et du député des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti (à droite).

, publié le mercredi 11 mai 2016 à 09h00

Le Festival de Cannes débute ce mercredi, six mois après les attentats de Paris et en plein état d'urgence. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a promis lundi une "mobilisation exceptionnelle" pour assurer sa sécurité, cela "face à un risque plus élevé qu'il ne l'a jamais été".

Plusieurs centaines de policiers mobilisés chaque jour, une équipe de démineurs, 400 agents de sécurité privée pour contrôler l'accès au Palais des festivals...

Bernard Cazeneuve l'a affirmé lundi lors d'un déplacement sur la Croisette : "des moyens exceptionnels vont être déployés" pour assurer à partir de mercredi la sécurité du Festival international de Cannes. La façade maritime sera également scrutée avec 7 nageurs sauveteurs sur les plages et un arrêté de restriction de la circulation pris par la préfecture maritime. "Les moyens de surveillance seront considérablement renforcés et des moyens d'interception seront déployés", a indiqué le ministre. "D'autres moyens spécialisés seront également déployés, dont l'efficacité tient à leur discrétion, par conséquent je n'entends pas les détailler ici pour des raisons que chacun comprendra".



Le commissariat de Cannes sera doté pour la durée du festival d'un poste de commandement opérationnel afin de concentrer en un même site les opérateurs radio des différents intervenants. Ce centre de commandement unique pour toutes les forces de l'ordre avait été mis en place l'an dernier pour la première fois. L'édition 2015 s'était déroulée quatre mois après les attentats parisiens contre le journal Charlie Hebdo et contre un supermarché casher perpétrés par trois jihadistes (17 morts). Ce contexte avait alors impliqué "une sécurité un degré au-dessus de celle de l'année précédente", selon les autorités locales. La nouvelle édition 2016 se déroule après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis (130 morts) et ceux du 22 mars à Bruxelles (32 morts).

RENDRE LE FESTIVAL "SÉCURISÉ" MAIS AUSSI "POPULAIRE"

"Le festival représente un enjeu particulier en termes de rayonnement international de la France", a estimé Bernard Cazeneuve. Le ministre a mis en avant, "la dimension mondiale de l'événement, sa visibilité, le nombre élevé des personnalités dont il faut assurer la protection" et "la concentration des foules dans l'espace public". Pour cette édition, le maire de Cannes David Lisnard a récemment évoqué "des mesures de contrôle supplémentaires, notamment des fouilles aléatoires dans tous les quartiers de Cannes". "On prend toutes les mesures pour que l'événement soit à la fois sécurisé et populaire", a-t-il indiqué.

La ville de Cannes, destination touristique internationale (2 millions de visiteurs annuels), a décidé de se doter d'un "plan communal de prévention du risque terroriste", une première en France, selon son maire. Quatre experts, dont un ancien responsable de l'anti-terrorisme israélien, ont déjà réalisé un audit pour analyser les points de vulnérabilité de la ville. Pour roder les forces de l'ordre au scénario du pire, celui d'un attentat terroriste, Cannes a aussi été le théâtre fin avril d'une simulation d'attaque : l'explosion d'un véhicule piégé devant une école suivie de l'arrivée de quatre terroristes dans une salle de cinéma du Palais des festivals où se trouvaient 180 figurants.

Durant le festival, la population triple pour passer à quelque 210.000 personnes, avec un pic de délinquance en mai et des malfaiteurs qui fondent sur la Côte d'Azur. Au point de parfois voler la vedette aux stars hollywoodiennes, avec de rocambolesques disparitions de bijoux au milieu de l'édition 2013 ou un fracassant hold-up à 17,5 millions d'euros dans une boutique Cartier de la Croisette juste avant l'édition 2015. Le festival est aussi synonyme chaque année de tensions accrues entre chauffeurs de taxis et de VTC (voitures de transport avec chauffeurs) : la préfecture a donc démarré lundi une vaste opération de contrôles pour repérer les pratiques illégales.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.