Fermetures d'usines : "Nous n'avons qu'une chose à faire : nous battre", tranche Emmanuel Macron

Fermetures d'usines : "Nous n'avons qu'une chose à faire : nous battre", tranche Emmanuel Macron
Emmanuel Macron à Méribel, le 16 septembre 2020.
A lire aussi

, publié le vendredi 18 septembre 2020 à 15h42

L'État doit s'assurer "qu'il n'y ait aucun abus, aucune fatalité, aucune entreprise ou investisseurs qui n'utilisent le contexte pour essayer de mettre la clé sous la porte", a-t-il estimé.

Face aux conséquences économiques de la pandémie et les fermetures d'usines, "nous n'avons qu'une chose à faire : nous battre, nous battre, nous battre", a tranché vendredi 18 septembre Emmanuel Macron. "La rentrée est dure", a reconnu le chef de l'État à la fin d'une visite à Condom (Gers) consacrée aux Journées du patrimoine.

Mais il ne faut "céder à aucune fatalité" face aux "situations de faillite ou de restructuration".

"Au cas par cas, il faut regarder et partout où nous pouvons nous battre, nous nous battons (...) pour qu'il n'y ait aucun abus, aucune fatalité, aucune entreprise ou investisseurs qui n'utilisent le contexte pour essayer de mettre la clé sous la porte", a-t-il ajouté, sans citer de nom d'entreprises.

Le gouvernement, les syndicats et les collectivités locales ont vivement dénoncé cette semaine le projet du fabriquant japonais de pneus Bridgestone de fermer en 2021 son usine de Béthune (Pas-de-Calais) où travaillent 863 salariés.


"Nous n'avons qu'une chose à faire: nous battre, nous battre, nous battre, pour tous nos concitoyens qui sont aujourd'hui dans l'angoisse de perdre leur travail", a insisté Emmanuel Macron devant la presse. "Et nous y arriverons, parce que nous avons toujours réussi à relever ces défis".

Sur le plan sanitaire, il a de nouveau défendu la stratégie "adaptée" du gouvernement face à un virus qui "circule dans des territoires beaucoup plus vite que dans d'autres". "Il faut continuer à expliquer, à responsabiliser chacun. J'ai confiance dans l'intelligence collective", a-t-il ajouté, car "la solution, nous l'avons dans nos mains, tout collectivement".

Santé publique France a averti vendredi que "tous les indicateurs" de l'épidémie de Covid-19 se dégradaient, notamment une augmentation du nombre de décès pour la première fois depuis la levée du confinement en mai. Malgré ce contexte, Emmanuel Macron a appelé les Français à profiter, tout en étant "très précautionneux", des Journées du patrimoine, car une part importante des édifices seront "visitables dans des villes moyennes ou de petite taille" alors que l'opération a été annulée dans plusieurs grandes villes comme Marseille, Bordeaux ou Nice.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.