Femme tuée par des chiens dans l'Aisne : "elle était dévorée de partout", témoigne son compagnon

Femme tuée par des chiens dans l'Aisne : "elle était dévorée de partout", témoigne son compagnon
Une chasse à courre (illustration)

, publié le mercredi 20 novembre 2019 à 16h28

Elle a été retrouvée morte en forêt samedi, après avoir été attaquée par des chiens. La jeune femme de 29 ans, se sentant en danger, a appelé son compagnon pour lui venir en aide. 

Son compagnon avait découvert le corps samedi. Le corps d'une femme enceinte, victime d'une attaque de chiens, a été retrouvé dans une forêt de l'Aisne. Elle était elle-même partie promener son chien, alors qu'une chasse à courre s'y déroulait, a annoncé mardi 19 novembre le parquet de Soissons.




"Elle m'a envoyé un message en me disant qu'elle était inquiète, qu'il y avait beaucoup de chiens", a raconté le compagnon de la jeune femme au micro de BFMTV mercredi. "Quand je suis arrivé, j'ai passé mon temps à la chercher. C'est là que j'ai croisé des chiens de chasse dans un premier temps, des cavaliers aussi. Quand je suis descendu pour continuer à chercher Élisa, j'ai appelé Curtis (leur chien, ndlr). C'est là qu'il m'a prévenu en aboyant. Quand je vais pour regarder dans le précipice, dans le ravin, je vois une trentaine de chiens arriver sur moi, donc je m'écarte. (...) J'ai décidé de descendre le précipice et d'aller le chercher (le chien, ndlr). Plus je me suis approché, plus je me suis aperçu que ce n'était pas un tronc d'arbre, c'était le ventre de ma femme qui était à découvert parce qu'elle a été déshabillée entièrement. J'ai récupéré la laisse de Curtis, je suis descendu auprès d'Élisa, j'ai relâché la laisse pour m'occuper d'Élisa. Elle était dévorée de partout", a-t-il poursuivi.  

L'homme a ajouté au micro de RTL : "j'ai essayé de la réanimer mais elle était déjà froide. Et après, les gendarmes, les pompiers, le Samu, tout le monde est arrivé. Elle était enceinte de six mois, on allait avoir un garçon qui allait s'appeler Enzo".




"Une hémorragie consécutive à plusieurs morsures"

Le décès de cette femme de 29 ans dans la forêt de Retz a "pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu'à la tête", a indiqué le procureur de Soissons, Frédéric Trinh, dans un communiqué. "Des prélèvements ont été effectués sur 93 chiens, ceux appartenant à la victime", qui en possédait cinq au total, ainsi que d'autres "ayant participé à une chasse à courre (...) organisée à proximité", selon le parquet.  Il s'agit "notamment (...) d'identifier le ou les chiens mordeurs", poursuit le parquet, précisant que les morsures sont à la fois "ante mortem" et "post mortem". 

La victime avait appelé son concubin pour, selon celui-ci, "lui signaler la présence de chiens menaçants" alors qu'elle "était partie promener son chien", selon le parquet. C'est lui qui a ensuite découvert le corps de sa compagne, samedi après-midi. L'enquête ouverte pour "homicide involontaire par agression de chien" a été confiée à la Section de recherches d'Amiens.

La Société de Venerie a souligné, dans un communiqué publié dans la soirée, que "rien ne démontre l'implication des chiens de chasse dans le décès de cette femme". Selon elle, les meutes de chasse à courre comptent en France plus de 30.000 chiens, répartis dans 390 équipages. "Ces chiens sont dressés pour chasser un animal particulier et obéir en toute circonstance à l'homme", indique-t-elle.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.