Femme agressée pour son comportement pendant le ramadan: ses deux frères mis en examen

Femme agressée pour son comportement pendant le ramadan: ses deux frères mis en examen
Le procureur François Pérain à Auxerre, le 22 novembre 2009

AFP, publié le vendredi 01 juin 2018 à 14h27

Les deux frères qui ont agressé leur sœur à Nancy, lui reprochant son comportement pendant le ramadan et sa relation amoureuse, ont été mis en examen jeudi et l'aîné a été incarcéré, a-t-on appris auprès du parquet.

Le parquet a ouvert une information judiciaire pour "acte de torture ou de barbarie, violences volontaires aggravées, tentative de meurtre et menaces de mort réitérées". Il n'a pas précisé sous quels chefs chacun des suspects était mis en examen. L'aîné a été incarcéré, le cadet placé sous contrôle judiciaire.

L'aîné, âgé de 36 ans, apprenant que sa sœur, une employée de banque de 25 ans, hébergeait un homme, s'était rendu mardi soir à son domicile. La veille, il lui avait reproché, lors d'une altercation, d'avoir une relation amoureuse hors mariage et de ne pas se vêtir correctement. 

Chassant son compagnon hors de l'appartement, il avait roué de coups la jeune femme et lui avait coupé les cheveux avec un couteau, lui infligeant une plaie de plusieurs centimètres à la tête. 

Il avait été rejoint par son frère cadet, âgé de 29 ans. Ils avaient ensuite frappé le compagnon resté en bas de l'immeuble et tenté de le renverser avec leur voiture alors qu'il prenait la fuite. Ils l'avaient menacé de mort devant le commissariat dans lequel il avait trouvé refuge. 

Devant le juge d'instruction, le cadet s'est défendu en expliquant que c'est le compagnon de sa sœur qui avait agressé son frère. "Ce qui aurait expliqué la course-poursuite dans les rues de Nancy et les violences commises" sur le petit ami, a indiqué le procureur, François Pérain, se réservant "le droit de faire appel" du placement sous contrôle judiciaire du suspect, âgé de 29 ans.  

Le frère aîné, à l'initiative de l'expédition punitive, avait déclaré aux policiers que sa sœur "était au courant +qu'il y a des principes culturels et familiaux vis-à-vis du respect de soi-même+. Elle avait été prévenue à plusieurs reprises qu'elle ne devait pas se comporter ainsi et +encore moins durant le mois du ramadan+", selon le récit du procureur.

Le 23 mai, deux Afghans, des demandeurs d'asile de 20 et 23 ans, avaient été interpellés après avoir agressé une femme de 33 ans dans un train à Dijon, "trop décolletée en période de ramadan". Ils devront répondre en octobre devant le tribunal correctionnel de "violences en réunion".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU