"Feignasse", "boulet" : Leroy Merlin au cœur d'un scandale

"Feignasse", "boulet" : Leroy Merlin au cœur d'un scandale©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le samedi 07 octobre 2017 à 16h00

Après Radio France, fustigée il y a deux semaines pour des commentaires méprisants dans un document interne sur ses journalistes pigistes, une nouvelle société est au cœur d'un scandale : l'entreprise Leroy Merlin située à Valence (Drôme). Comme le révèle France 3, l'enseigne de grande distribution française spécialisée dans le bricolage a été épinglée pour le recours à un listing de ses intérimaires particulièrement dénigrant.

"Branleur", "beurk", "feignasse", "boulet", "mou du genou", peut-on ainsi lire, accolés au nom des salariés.

La CGT menace de porter plainte

Contacté par France 3, la direction du groupe a réagi et s'est dit "abasourdie" par cette découverte, jugeant ces propos "inacceptables" et "contraires aux valeurs" de l'entreprise. Par ailleurs, le groupe Leroy Merlin a indiqué avoir demandé une enquête interne pour connaître l'origine de ce fichage et l'identité des auteurs des commentaires. "La direction doit prendre ses responsabilités et décider de sanctions disciplinaires", a de son côté commenté la CGT. Le syndicat menace de porter plainte après la découverte de ce fichage "sauvage".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
444 commentaires - "Feignasse", "boulet" : Leroy Merlin au cœur d'un scandale
  • Si les termes sont vulgaires, comment porter une appréciation sur le comportement des intérimaires :
    - comment qualifier un gazier qui postule, vient une journée et disparait sans explication
    - comment étiquetter quelqu'un(e) qui passe son temps entre les toilettes et les pauses fumeurs, trouve une excuse pour ne rien faire

    on pourrait imaginer une cotation de 1 sur 20 ce qui ne changerait strictement rien à l'affaire

  • J'ai eut l’occasion de constater dans des entreprises que quelques individus méritaient amplement les qualificatifs employés.
    Parfois même le travail professionnel de certains et même la réputation de l'ensemble "travailleurs" société sont gâchés par la paresse et le "jemenfoutisme" d'autres.
    Pourquoi faudrait-il le cacher ?

  • Si je comprend bien, on ne devrait émettre aucun jugement sur les employés, un peu comme dans l'émission de Jacques Martin, l'école des fans, où tous les enfants, qu'ils chantent juste ou faux, avaient 10.

  • pourtant il y en a !!il serait malhonnéte de dire le contraire ! mais voila,il ne faut pas dire ,surtout écrire que certains travailleurs ,salariés ,et autres ,profitent des autres

  • Voila ça se passe dés lors que certains se croient libres d'agresser verbalement.
    Et certains vont même jusqu'à l'écrire surs d'eux ? Ils prolifèrent en ce moment.
    Il faut dire que depuis quelques temps l'exemple vient de plus haut à répétitions.
    Il faudra peut être légiférer sur la façon de se servir "nouvellement" du langage.
    Voila une piste pour les prochaines ordonnances. Aller hop un séminaire de plus.

    avatar
    Laurencedarabi  (privé) -

    Comme vous dites, l'exemple vient d'en haut. Bien à vous.