Faut-il condamner les médecines douces ?

Faut-il condamner les médecines douces ?©LEPOINT

LEPOINT, publié le mardi 27 mars 2018 à 15h35

Un collectif de médecins et de professionnels de santé a publié une tribune dénonçant les « fake médecines », jugées inefficaces et dangereuses.

La hache de guerre est déterrée entre la médecine allopathique et les médecines douces, encore appelées alternatives ou complémentaires. De quelles disciplines parlons-nous ? D'un certain nombre de spécialités qui sont largement plébiscitées en France telles que l'acupuncture, l'homéopathie, l'ostéopathie, ainsi que d'une myriade de propositions aussi diverses qu'éclectiques. Ces médecines longtemps qualifiées d'alternatives entrent désormais, sur le plan sémantique, dans le champ des médecines complémentaires, ce qui leur donne toute leur place dans l'arsenal thérapeutique médical.

La preuve scientifique comme…

Lire la suite sur LEPOINT

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
5 commentaires - Faut-il condamner les médecines douces ?
  • surtout dangereuses pour le porte-monnaie de ces médecins et professionnelles de la santé qui ont signé cette pétition.

  • La première question que devrait se poser ce "collectif de médecins" c'est pourquoi. Pourquoi leurs patients préfèrent-ils se tourner vers ces médecines qui quoi qu'ils en disent ont des résultats. Quand ils auront répondu il sera possible de discuter. Jusque là, le mépris dont il font preuve, la légèreté avec laquelle ils écoutent , le peu de considération qu'ils montrent pour les douleurs de leurs clients enverront les malades voir ailleurs si ils sont mieux traités et considérés. Bien sûr il y a des exceptions des deux côtés, mais le résultat est là.

  • non il faut les utiliser

  • Tout est dit dans la conclusion à laquelle je souscris : " L'urgence est d'informer les malades sur la réalité scientifique de ces approches médicales afin qu'ils fassent un choix éclairé. Car à la fin, c'est bien aux malades que revient le droit de faire les choix thérapeutiques auxquels ils aspirent". Ceci dit il faudrait que les études scientifiques s'étendent davantage sur ces médecines dites douces. Dans la médecine dite moderne ceux sont les grands laboratoires qui financent ces études, quid du financement des études autres?

  • cela m'énerve et leurs médicaments sont ils toujours efficaces ? quels dégâts collatéraux font ils?