"Faire la fête à Macron" : tout un programme

"Faire la fête à Macron" : tout un programme
Un pantin à l'effigie d'Emmanuel Macron le 4 mai 2018 à Nice.

Orange avec AFP, publié le samedi 05 mai 2018 à 11h00

Quatre jour après les manifestations du 1er mai, émaillées de violences, plusieurs milliers de personnes sont attendues à Paris samedi 5 mai pour "faire sa fête à Macron". En quoi consiste ce défilé ? Qui en est à l'origine ? Comment la sécurité sera-t-elle assurée ?

La France Insoumise à la manœuvre

A l'initiative du député France Insoumise François Ruffin et organisée par d'anciens membres de Nuit debout, cet évènement "fête" à sa manière le premier anniversaire de l'élection d'Emmanuel Macron.

Il a été financé par des dons, grâce à une cagnotte en ligne, à grand renfort de hashtags et de vidéos. Des comptes Facebook et Twitter ont été créés spécialement pour l'occasion, ainsi qu'un site internet. Interrogé par le journal "Libération", le comité d'organisation est "resté flou" quant à une éventuelle prise de parole de Jean-Luc Mélenchon.



Les membres de la France Insoumise partagent l'affiche avec des humoristes, youtubeurs, philosophes... comme Nicolas Meyrieux, Frédéric Lordon... Une cinquantaine de personnalités ont également apporté leur soutien à travers une tribune publiée par le magazine "Regards". Parmi les signataire : les humoristes Christophe Alévêque et Guillaume Meurice, les écrivaines Virginie Despentes et Annie Ernaux, les réalisatrices Rokhaya Diallo et Amandine Gay, les économistes Julia Cagé et Thomas Piketty... Corinne Masiero, actrice de la série "Capitaine Marleau" devrait être de la partie et s'exprimer depuis un char.

Plusieurs partis de gauche (LFI, PCF, NPA, Génération-s), des syndicats (chimie-CGT, Sud santé, Sud-PTT...), ainsi que des associations (Attac, Les amis de la terre, Sans-papiers...) ont appelé à descendre dans la rue. La CGT, au contraire, brillera par son absence : Philippe Martinez, son secrétaire général, refuse de se joindre à la fête. Il estime que la multiplication des mobilisations n'est "pas efficace".

Un cortège "pot au feu"

La "fête à Macron" entend faire feu de tout bois et rassembler les colères. Au programme, quatre chars vont défiler. "Jupiter", "Dracula", "Napoléon" : les trois premiers caricatureront le président de la République. Le "cortège des luttes" accueillera les cheminots, les "sans" (papiers, logement, emploi...), les étudiants,les syndicats, et les militants du climat. Le dernier char illustrera "la résistance".



Les participants se rejoignent à midi, place de l'Opéra, dans le IXe arrondissement de Paris. Après un pique-nique, direction la place de la Bastille (XIe arrondissement). Une centaine d'événements ont également été organisés dans toute la France.

Une sécurité renforcée

Le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, a annoncé le déploiement de 2 000 policiers pour encadrer "la fête à Macron".



De leur côté, les organisateurs ont prévu deux services d'ordre, dont l'un, constitué "d'une centaine de personnes". Objectif : éviter la présence de "black blocs" et de casseurs, comme ce fut le cas lors de la manifestation parisienne du 1er mai durant laquelle plusieurs restaurants et magasins ont été vandalisés.

Au lendemain de ces violences, la préfecture a demandé aux organisateurs de revoir leur copie. Le trajet initial du défilé leur a été refusé. Il devait s'élancer du Carrousel du Louvre, lieu choisi par Emmannuel Macron pour prononcé son premier discours, le soir de son élection, le 7 mai 2017.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.