Fac de Montpellier : le doyen démissionne après l'évacuation violente d'étudiants

Fac de Montpellier : le doyen démissionne après l'évacuation violente d'étudiants

Des étudiants à l'université de Montpellier, le 28 septembre 2015. (photo d'illustration)

Orange avec AFP, publié le samedi 24 mars 2018 à 14h33

Des hommes cagoulés ont pénétré dans l'université de Montpellier et ont frappé des étudiants à coups de planches.

Le doyen de l'université de Montpellier a présenté sa démission vendredi, au lendemain de la violente expulsion d'étudiants qui occupaient un amphithéâtre de la faculté de droit par des hommes cagoulés, rapporte samedi 24 mars franceinfo.

"Le président de l'Université de Montpellier a reçu hier soir la démission de Philippe Pétel de ses fonctions de Doyen de la faculté de droit et de science politique à compter de ce jour 00h. Il l'a acceptée", a twitté le compte officiel de l'université.

Le parquet de Montpellier "a ouvert une enquête pour des faits de violences en réunion et avec arme", a indiqué vendredi à l'AFP le procureur de la République de Montpellier Christophe Barret, précisant que cette enquête "visait également l'intrusion". La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal "a été informée de l'intrusion, au cours de la nuit, de plusieurs individus au sein de la faculté de droit de l'université de Montpellier", indique un communiqué du ministère précisant que "ces individus encagoulés ont commis des violences sur plusieurs personnes qui étaient présentes". 

La ministre a condamné "avec la plus grande fermeté ces actes de violence" et souhaité que "toute la lumière" soit faite. Elle a, à cet effet, " missionné immédiatement l'Inspection générale de l'administration de l'Education nationale et de la Recherche (IGAENR) afin qu'elle se rende sur place dès lundi", indique le communiqué. 

Frédérique Vidal prendra par la suite "l'ensemble des décisions qui s'imposent, en engageant le cas échéant des poursuites judiciaires", précise encore le texte. 

Le président de l'université, Philippe Augé, avait de son côté annoncé à la mi-journée la fermeture de la faculté jusqu'à lundi matin et disait avoir déposé plainte contre X "afin que toute la lumière soit faite sur les événements". Contactée par l'AFP, la préfecture a parlé de son côté "d'échauffourées entre étudiants" à l'intérieur de la faculté, précisant que la police était intervenue à l'extérieur dans le cadre d'un "trouble à l'ordre public" et pour prendre en charge trois blessés. 

"Parmi les personnes cagoulées, oui, c'est possible qu'il y ait eu un prof de droit", a réagi le doyen de la faculté de droit, Philippe Pétel, auprès de CheckNews, le site de fact checking de Libération. "Il y a un groupe de gens de droit qui étaient opposés à l'occupation de la fac", ajoute-t-il, assurant ne pas avoir vu la scène de l'amphithéâtre et ne pas être "à l'initiative de la venue de ces hommes en noir", comme certains étudiants l'en accusent.

Les vidéos diffusées sur des pages Facebook et relayées par la LDH montrent l'intervention dans un amphithéâtre de plusieurs hommes cagoulés qui frappent avec ce qui ressemble à des morceaux de planche ou de palette en bois les étudiants qui y sont réunis. Des étudiants protestant contre la nouvelle loi Vidal portant sur les règles d'accès à l'université bloquent l'université montpelliéraine de Lettres Paul Valéry depuis mi-février. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
57 commentaires - Fac de Montpellier : le doyen démissionne après l'évacuation violente d'étudiants
  • Beaucoup de "yaka et de faukon", beaucoup de stigmatisations gratuites, et le plus souvent orientées, autour de cet épisode plutôt nauséabond; Une question reste en suspens: pour quel motif le doyen a-t-il démissionné?

  • Ils bloquaient l'Université...Ah bon ! D'autres l'ont débloquée.Où est le problème ? Il faut être "sport" dans la vie...pas toujours les mêmes qui gagnent !! Ils se sont sélectionnés eux-mêmes pour manger chaud....Sympa non ?

  • Les facs de droit sont par essence et depuis longtemps situées plutôt à droite de l'échiquier politique.
    Cette fac était vraisemblablement occupée par des contestataires plutôt à gauche empêchant les étudiants d'accéder à l'amphithéâtre pour étudier. La méthode appliquée dans notre beau pays consiste à laisser faire, (surtout quand il s'agit de sympathisants de gauche) en attendant que la contestation faiblisse et que tout rentre dans l'ordre. La méthode de droite est de régler le problème parfois de manière musclée.
    Et donc, dans ce cas de figure, il doit s'agir d'individus plutôt à droite ce qui est intolérable pour nos bons samaritains qui auraient préféré l'inverse pour justement s'empresser de ne rien faire.

  • J'aimerais connaître la moyenne des étudiants "contre" la sélection. Je suis prêt à parier que ce sont ceux qui n'ont pas la moyenne.
    On devrait les mettre dans un avion en leur disant que le pilote a eu sa licence par repêchage au tirage au sort.

  • Pourquoi les médias ne donnent jamais l'intégralité des faits..
    Certes un groupe d'individus cagoulés ont fait irruption dans un amphi de la fac de droit..
    Mais cet amphi était occupé depuis des heures par un groupe d'étudiants "gauchistes" de la fac..de lettres ( qui n'avaient donc rien à faire là..) qui voulaint imposer une gève générale et une occupation de la fac..
    les étudiants en droit et les professeurs présents ont été molestés( jets de bouteilles d'unrine, de serviettes hygiéniques, professeur blessé à la lèvre par un coup de point d'un syndicaliste etc..)
    L e doyen a demandé l'intervention des forces de l'ordre pour les faire évacuer..en vain..
    Elles ne sont intervenues qu'à 2h du matin après l'intervention "musclée" de ce groupe..
    Mais les gauchistes ont envoyé sur la toile des vidéos de cette intervention, tout aussi répréhensible que celle des "gauchistes" qui voulaient imposer par la force la grève et le blocage de la fac..
    Et leurs amis des médias ont retransmis..mais pas un mot sur leurs méfaits..

    merci pour l'info ... les gouvernements changent et la presse reste la même