Fac de droit de Montpellier: face-à-face entre étudiants pro et anti-blocage

Fac de droit de Montpellier: face-à-face entre étudiants pro et anti-blocage

Des étudiants manifestent lundi matin à Montpellier contre le blocage de l'université

AFP, publié le lundi 26 mars 2018 à 10h56

Plusieurs centaines d'étudiants, pro et anti-blocage, étaient massés lundi matin devant les grilles baissées de la faculté de droit de Montpellier, fermée par la direction après l'intrusion violente d'un groupe d'hommes cagoulés dans la nuit de jeudi à vendredi, a constaté une journaliste de l'AFP.

"On veut étudier, on veut pas être bloqués", "Rendez-nous nos facs!", criait un premier groupe d'étudiants, venus notamment soutenir le doyen de la faculté de droit Philippe Pétel, qui a démissionné dans la foulée des incidents. 

"Présomption d'innocence", "Non à la diffamation" pouvait-on lire sur les pancartes de ce groupe. 

Des étudiants et des syndicats ont mis en cause M. Pétel après l'expulsion brutale par des hommes cagoulés et armés de bâtons d'étudiants qui occupaient un amphithéâtre de la faculté dans la nuit de jeudi à vendredi. Ils ont assuré que des professeurs --dont les noms et les photos circulent sur les réseaux sociaux-- auraient participé à l'expédition punitive. 

De l'autre côté, un "comité de mobilisation de la faculté de droit et science politique" organisait un "rassemblement pour la reconnaissance publique des violences" en "soutien aux victimes". Ces étudiants soulignent que M. Pétel "a publiquement affirmé que des étudiants et des professeurs faisaient partie des personnes cagoulées ayant commis l'agression" et que des étudiants "par plusieurs témoignages concordants, attestent avoir reconnu un membre du corps enseignant" parmi les assaillants. 

Une enquête administrative sur le coup de force doit débuter lundi, avec l'arrivée d'inspecteurs généraux, a par ailleurs confirmé à l'AFP le cabinet de la rectrice d'Académie. La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a missionné l'Inspection générale de l'administration de l'Éducation nationale et de la Recherche (IGAENR) qui doit recueillir les témoignages des personnels et des étudiants qui se trouvaient sur place. 

La présidence de l'université et cinq étudiants ont par ailleurs porté plainte à la suite de ces violences et le parquet de Montpellier a ouvert une enquête pour des faits de "violences en réunion et avec arme". 

La faculté de droit et de science politique de Montpellier restera fermée lundi "afin d'éviter tout risque d'altercations", avait annoncé dimanche la présidence de l'université.

Des étudiants dénonçant la sélection sociale qu'introduit, selon eux, la nouvelle loi Vidal sur l'accès à l'université bloquent l'université montpelliéraine de Lettres Paul Valéry depuis mi-février. Ce blocus et son extension à la faculté de droit divisent étudiants et enseignants.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
47 commentaires - Fac de droit de Montpellier: face-à-face entre étudiants pro et anti-blocage
  • Il semble que la majorité des commentateurs veulent absolument un retour des milices du modèle pétainiste - bonne nuit la France!

  • c'est toujours la chienlit comme disait De Gaulle

  • il est inadmissible que l on bloque une fac , une usine .... libre à chacun de pouvoir suivre ses cours ou allez travailler , c est cela aussi la liberté

  • comme d'habitude, pour les gauchos, les délinquants sont en fait des victimes !!!

    si les jeunes n'étaient pas entrés illégalement dans l'amphi et de l'occuper tout aussi illégalement, il n'y aurait pas eu de problème ...

    c'est bien l'esprit gaucho ... celui qui détruit l'ordre, l'autorité, l'état ...

  • pourquoi porter une cagoule pour venir tabasser des étudiants?
    Venez donc à visage découvert et défendez vos idées.
    On se croit revenus aux exactions du GUD ou du SAC!!!