La France renonce à l'Exposition universelle 2025, ses soutiens s'insurgent

Chargement en cours
 Le premier ministre français Edouard Philippe, à Paris le 17 janvier 2018, a annoncé que la France retirait sa candidature à l'organisation de l'Exposition universelle de 2025 dans une lettre officielle

Le premier ministre français Edouard Philippe, à Paris le 17 janvier 2018, a annoncé que la France retirait sa candidature à l'organisation de l'Exposition universelle de 2025 dans une lettre officielle

1/2
© AFP, CHARLES PLATIAU, POOL

AFP, publié le dimanche 21 janvier 2018 à 15h33

La Coupe du monde de rugby 2023, les jeux Olympiques 2024 mais pas l'Exposition universelle 2025: la France a retiré sa candidature à l'organisation de l'Expo invoquant le risque financier, au grand dam des promoteurs du projet.

L'annonce a été faite dans un courrier adressé vendredi par le Premier ministre Edouard Philippe au comité d'organisation, révélé par le Journal du dimanche (JDD) et que s'est procuré l'AFP.

"J'ai décidé de ne pas donner suite à la candidature de la France à l'exposition universelle, qui sera retirée", écrit le chef du gouvernement à Pascal Lamy, président du Groupement d'intérêt public Expofrance 2025, après avoir déjà tranché cette semaine dans le lourd dossier de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Le Premier ministre pointe notamment les "faiblesses structurelles" du modèle économique du projet français et précise que dans le contexte de "redressement de nos finances publiques", il refuse de "grever l'avenir (...) d'engagements supplémentaires non maîtrisés".

Le présidente de l'Ile-de-France Valérie Pécresse (LR) a dénoncé une "décision précipitée, soudaine", le Premier ministre ayant "unilatéralement décidé que le modèle économique ne lui convenait pas".

"Je ne voudrais pas que finalement l'Etat recule sur tous les grands projets d'investissements structurants de ce pays", a-t-elle ajouté au Grand jury RTL/Figaro/LCI, disant sa crainte d'un abandon du projet de la ligne de métro 18 du Grand Paris Express alors que des arbitrages de l'exécutif sont attendus dans la semaine.

Jean-Christophe Fromantin (DVD), président du comité de candidature, a vivement réagi sur Twitter: "Je ne me retrouve pas dans cette France qui renonce, qui recule ou qui s'excuse".

"Incompréhensible" et "triste" que le Premier ministre "décide seul d'annuler un projet porté par les territoires depuis 7 ans", a aussi tweeté le vice-président du comité d'organisation, Luc Carvounas (PS).

L'Exposition "était l'occasion pour la France de s'adresser au monde, de réaffirmer ses valeurs universelles et de promouvoir ses talents culturels et scientifiques", a déploré le Parti socialiste, le pays n'ayant plus accueilli d'exposition universelle depuis 1900.

- "Brutalité" -

Dans sa lettre, Edouard Philippe estime que les engagements qu'il avait demandés fin septembre concernant la "solidité du dispositif opérationnel proposé par la France" ne sont pas tenus.

La candidature française, bâtie autour du pôle scientifique et technologique de Paris-Saclay, au sud de la capitale, a été déposée fin septembre auprès du Bureau international des expositions (BIE). Emmanuel Macron l'avait alors soutenue comme l'occasion pour la France "d'apporter sa contribution à une nouvelle ambition universelle".

Le Premier ministre relève également que "la marge d'aléas" du projet "ne permet pas d'absorber certaines hypothèses de fréquentations défavorables". 

Les scénarios envisagés tablaient sur une fréquentation comprise entre 35 et 40 millions de visiteurs avec une hypothèse haute à 65 millions. Mais une fréquentation comparable à celle de l'Expo qui s'est tenue à Milan en 2015 (environ 20 millions de visiteurs) entraînerait une chute des recettes (de 1,3 milliard à 455 millions d'euros) qui représente un risque pour les finances publiques, selon Matignon.

M. Philippe met enfin en avant le manque de partenaires privés prêts à "s'exposer significativement" au "risque commercial de l'exposition".

Les réactions négatives de tous bords se sont multipliées dimanche. 

"J'ai vu beaucoup d'élus: personne ne comprend la brutalité de cette décision" qui est "mauvaise et sur le fond, et en termes de méthode, et pour l'image de la France à l'extérieur", a lancé l'ancien Premier ministre et député (app. LREM) de l'Essonne Manuel Valls.

Le président du groupe EELV au Conseil de Paris, David Belliard, a jugé que "les JO 2024 - et leurs coûts ! - ont bien tué le projet". 

Des entrepreneurs sont aussi montés au créneau contre la décision d'Edouard Philippe, tel Jean-Charles Simon, candidat à la présidence du Medef, selon qui ce projet était "bien plus structurant" que celui des JO.   

Disant au micro de BFMTV "comprendre la déception", le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a jugé qu'"il faut être responsable, ne pas multiplier les grandes événements comme ça". 

Le retrait de la France laisse la voie libre aux trois autres pays candidats pour accueillir l'Exposition de 2025: la Russie (Ekaterinbourg), le Japon (Osaka) et l'Azerbaïdjan (Bakou). 

Le choix du pays hôte doit être annoncé le 15 novembre 2018. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
651 commentaires - La France renonce à l'Exposition universelle 2025, ses soutiens s'insurgent
  • le seul véritable grand projet pouvant exister pour la France et les Français serait de mettre fin à l'immigration. Quelles économies nous ferions, et quel grand pas en avant pour notre sécurité.

  • d'après un économiste hier soir sur la tsr (suisse) les JO de paris vont friser les 32 milliards ,une premiere raison le ''grand paris''de madame hidalgo ne pourra jamais mener à bien les infrastructures (logement,transport,etc ..) avec une dette de 132 milliards c'est impossible donc c'est l'etat qui va mettre la main à la poche !! on va vers un grenoble bis les jeux en 1968 et fini de payer en 1986 !! !!

  • On dirait que le gouvernement a compris que la folie des grandeurs ne pouvait que creuser la dette publique de la France. En ma qualité de français responsable (donc ayant voté MLP), je suis favorablement surpris par cette décision de bon sens qui devrait être la première d'une longue liste afin d'être cohérente. En effet, la France, nation ruinée par 50 ans de politique laxiste et irresponsable, situation aggravée par l'adoption de l'euro, monnaie désastreuse pour notre économie, souffre d'un endettement qui se poursuit au rythme de 2 600 euros par seconde, soit 1 milliard tous les 4 jours. Les promoteurs de ces grands spectacles ne sont pas les payeurs mais plus prosaïquement des menteurs qui, s'ils parviennent à leurs fins, en ressortiront beaucoup plus riches tandis que les contribuables déjà saignés à blanc par les impôts les plus lourds du monde finiront quant à eux en caleçon court.

    Vous dites en votre qualité de Français responsable vous avez voté pour une personne qui a démontré qu'elle n'était loin d'être à la hauteur ! Mais bon c'est votre droit La France ruinée, vous exagérez, 5 ème ou 6 ème puissance mondiale ! Pour 2018 nous devrions passer sous la barre des 3% de déficit L'Euro ne peut pas être mis en cause car pas mal de pays européens ont l'Euro comme monnaie et s'en sortent très bien !

    avatar
    memoire_solide  (privé) -

    Gaos, vous rêvez! Je ne veux pas payer pour entretenir la Grèce. La fourmi allemande et la cigale grecque- entre autres- ne peuvent avoir monnaie commune. C'est la base de la définition de la monnaie: niveau de confiance.

    Les pourcentages auxquels vous faites allusion ne veulent rien dire. En revanche, le fait que la dette publique de la France n'est plus maîtrisée, cela s'appelle des faits avérés. Chiffrés, qui plus est.

    De plus, Gaos, si l'euro était vraiment la monnaie magique à laquelle vous attribuez tant de vertus, croyez-vous donc que le gouvernement serait dans l'obligation d'augmenter sans cesse les impôts alors que, de la deuxième place des pays les plus imposés de la planète, nous venons de prendre la première place, à présent que notre taux d'imposition vient de passer devant le Danemark ? Cette augmentation de nos impôts est le plus bel aveu d'incompétence que pouvait nous faire un gouvernement qui, hélas, est dans la lignée des précédents.

    ('Pas convaincu du tout que la France soit à la première place des pays les plus imposés de la planète ! Et le Danemark à ma connaissance est toujours devant parmi les pays européens. Ceci dit, nous sommes d'accord, ça fait quand même un peu trop...)

    Ce sont les médias qui en ont parlé très récemment, notre niveau d'imposition aurait grimpé d'environ 1,5 pour cent pour s'établir aux environs de 47,5 pour cent, nous faisant ainsi passer devant les danois. Ce dont je ne suis pas certain pour l'instant est si l'augmentation de la CSG y a été prise en compte ou non.

    Et je ne parle, de plus, que de l'augmentation de CSG prévue pour 2018. Celle-ci sera augmentée chaque année pendant les 5 ans du mandat de Macron pour atteindre les 7 pour cent prévus d'augmentation des impôts des français. Quand on joue ainsi avec la pression fiscale, c'est l'aveu qu'on n'a aucune solution pour sortir le pays du marasme économique.

  • Bravo! Enfin une décision intelligeante qui évitera à la France de s'endetter un peu plus! Ceux qui espéraient se faire de l'argent sur le dos des contribuables vont devoir patienter! On a les JO à financer, ce qui n'est pas rien! De plus, il y a le Grand Paris en cours! L'argent de l'Expo Universelle sera plus utile à placer dans d'autres projets comme la construction de prisons 'hyper sécurisées", un armement conséquent et en bon état dans nos armées, la construction de Maisons de Retraite Médicalisées, de crèches etc.......

  • quand on voit ce qu'est devenue la France en 2017 ça fait mal

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]