Explosions à Beyrouth : l'architecte français Jean-Marc Bonfils est mort

Explosions à Beyrouth : l'architecte français Jean-Marc Bonfils est mort
Beyrouth le 5 août 2020, dévastée après les deux explosions de la veille.
A lire aussi

, publié le jeudi 06 août 2020 à 08h29

Selon le quotidien L'Orient-Le Jour, l'architecte français était en train de filmer la première explosion en direct sur Facebook, depuis le quartier de Mar-Mikhaël, lorsqu'il a été atteint par la seconde. 

Les terribles explosions meurtrières qui ont ravagé mardi 4 août Beyrouth ont fait au moins 137 morts et 5.000 blessés, dont au moins 21 Français. L'architecte Jean-Marc Bonfils en fait notamment partie, a annoncé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

"L'architecte français Jean-Marc Bonfils est décédé dans la terrible catastrophe de Beyrouth. Je rends hommage à son œuvre majeure, telle la restauration d'immeubles patrimoniaux détruits par la guerre du Liban. La France et le Liban sont unis dans le chagrin de sa mort", a annoncé la ministre, dans un message publié dans la nuit de mercredi à jeudi sur son compte Twitter.

Né à Beyrouth en 1963, M. Bonfils se trouvait chez lui lorsque sont survenues les détonations. Selon le quotidien  L'Orient-Le Jour, il filmait l'incendie en direct sur Facebook depuis le quartier de Mar Mikhaël, qualifié de cœur battant de la ville, lorsqu'il a été emporté par la deuxième explosion. 

"Il est décédé dans son appartement, dans un immeuble qu'il avait conçu lui-même et pour lequel il avait obtenu un prix international", a raconté son ami Ghassan Hajjar à LCI, évoquant "une belle âme, un homme brillant, un architecte de renom au Liban". Parmi ses oeuvres les plus connues : l'"East Village Building", une résidence multi-récompensée située non loin de Gemmayzé, un autre quartier vivant de Beyrouth, tout près du port, explique la chaîne.

Le président français Emmanuel Macron se rend jeudi au Liban, accompagné du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, "pour porter le message de fraternité et de solidarité des Français" et faire "le point sur la situation avec les autorités politiques".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.