Explosion de l'usine AZF à Toulouse : journée de commémorations 15 ans après

Explosion de l'usine AZF à Toulouse : journée de commémorations 15 ans après
Des pompiers tentent de secourir une personne blessée dans un véhicule sur le site de l'usine pétrochimique AZF, le 21 septembre 2001.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 21 septembre 2016 à 09h04

Le 21 septembre 2001, l'usine pétrochimique AZF de Toulouse était détruite par l'explosion d'un stock de près de 300 tonnes de nitrate d'ammonium. 31 personnes ont été tuées et près de 2.500 autres blessées.

Quinze ans après, trois rassemblements sont prévus ce mercredi dans la ville rose, dont un sur le site de l'ancien complexe chimique.

27.000 logements endommagés, 3.500 entreprises touchées... L'explosion avait été ressentie à des dizaines de kilomètres à la ronde et avait creusé un cratère de 70 mètres de long. "Ce jour-là, il n'y avait rien. C'étaut un champ de poussière sur des ruines", se souvient Éric Cabanis, photographe à l'AFP présent sur place ce 21 septembre 2001. "Quelques silhouettes émergeaient dans cette usine en lambeaux. Vingt minutes plus tôt, il fallait s'imaginer que tout ça c'était une usine avec ses ouvriers, ses bâtiments, ses routes". AZF (AZote Fertilisants, filiale de la société Grande Paroisse, elle-même filiale du groupe Total) "c'était des vieux bâtiments en brique toulousaine, et pour les plus récents, en ferraille. Tout s'est écroulé, comme si une bombe avait sauté".



UN NOUVEAU PROCÈS FIXÉ AU 24 JANVIER

Trois rassemblements sont prévus ce mercredi à Toulouse pour rendre hommage aux victimes, selon la Dépêche du Midi. Une cérémonie officielle aura lieu sur le site de l'ancienne usine à 10 heures. L'association des anciens salariés "Mémoire et solidarité" se réunit elle sur le site de l'usine devant la stèle des salariés. De son côté, l'association de victimes les sinistrés du 21-septembre organise un rassemblement sur le rond point du 21 septembre. Cette dernière défend la piste accidentelle et la responsabilité de Total et refuse une commémoration "consensuelle" qui nie, selon elle, les responsabilités.

Le 3e procès de la catastrophe d'AZF de Toulouse a été fixé au 24 janvier 2017 devant la cour d'appel de Paris. En septembre 2012, la Cour d'appel de Toulouse avait condamné à trois ans de prison, dont un ferme, Serge Biechlin, ancien directeur d'AZF, et à 225.000 euros d'amende Grande Paroisse, propriétaire du site. Mais en janvier dernier, la Cour de cassation a annulé cette condamnation et désigné la Cour d'appel de Paris pour organiser le nouveau procès.


"Les conséquences de la cassation sont de trois ordres : un surcroît de souffrances pour les victimes, un surcoût pour le contribuable" et une altération de "l'image de la justice, l'opinion estimant, à tort ou à raison, que la puissance financière du groupe Total a eu raison de l'équilibre des forces", avait jugé le président de l'association des Sinistrés du 21-septembre 2001, Jean-François Grelier.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU