Explosion à Lyon : des traces d'explosifs TAPT et de l'ADN retrouvés

Explosion à Lyon : des traces d'explosifs TAPT et de l'ADN retrouvés
Après l'explosion d'un colis piégé à Lyon, la police a lancé un appel à témoins en diffusant la photo d'un suspect

Orange avec AFP-Services, publié le samedi 25 mai 2019 à 15h10

Selon BFMTV et Franceinfo, de l'explosif de type TATP a été utilisé lors de l'attaque au colis piégé à Lyon. Un ADN aurait également été isolé.

Au lendemain de l'attaque au colis piégé de Lyon qui a fait 13 blessés, la chasse à l'homme continue.

Le suspect est ce samedi 25 mai toujours activement recherché par les autorités qui ne privilégient aucune piste quant à son profil ou ses motivations. "Tous les moyens" ont été déployés pour "interpeller rapidement", a assuré samedi midi le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, en charge de l'enquête, précisant que cet acte n'avait pour le moment donné lieu à "aucune revendication".



Néanmoins l'enquête avance. Des sources concordantes ont affirmé à BFMTV et à Franceinfo qu'un ADN avait été isolé. Une "infime quantité d'explosif TATP" a par ailleurs été retrouvée



Des informations confirmées par l'AFP, qui précise que l'ADN a été isolé sur le sac qui a explosé, mais qu'il n'a pas été identifié. 

Le TATP (tripéroxyde de triacétone) est un explosif artisanal très instable. Il a été utilisé dans les attentats jihadistes commis à Paris le 13 novembre 2015 et à Bruxelles en mars 2016.
L'enquête mobilise "90 enquêteurs et 30 techniciens de la police technique et scientifique", assistés par "une vingtaine d'enquêteurs des brigades de recherche et d'intervention locales", a précisé M. Heitz.

La section anti-terroriste du parquet de Paris a été saisie en raison des "circonstance de commission des faits, commis en plein jour dans un lieu particulièrement fréquenté, ainsi que (du) mode opératoire, l'emploi d'un engin explosif permettant d'atteindre un grand nombre de personnes", a-t-il encore indiqué.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.