Euros : vers la fin des pièces de 1 et 2 centimes ?

Euros : vers la fin des pièces de 1 et 2 centimes ?
Les pièces de 1 et 2 centimes vivent peut-être leurs dernières heures.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 23 juillet 2018 à 13h45

Le rapport du comité d'action publique 2022 publié le vendredi 20 juillet préconise d'"arrêter la production des pièces de 1 et 2 centimes d'euro" et "d'aller progressivement vers une société sans espèces, à l'image de la Suède".

Les pièces de 1 et 2 centimes d'euros en cuivre vont-elles bientôt disparaître en France ? C'est l'une des préconisations faites par le comité d'action publique 2022 (Cap 2022) dans un rapport rendu public par le syndicat Solidaires finances le 20 juillet.



"On pourrait commencer à court terme par mettre fin à la circulation des pièces de 1 et 2 centimes, comme cela a été fait en Irlande, en Finlande et en Belgique par exemple", écrivent la trentaine d'experts, chargés en octobre 2017 par le Premier ministre Édouard Philippe, de transmettre des propositions de réformes afin de réduire les dépenses publiques.

Une production de pièces qui coûte chère

Ce comité propose également de supprimer à plus long terme "les espèces, les chèques et les timbres fiscaux pour le paiements fiscaux et sociaux d'ici deux ans". Les paiements dématérialisés (carte bancaire, téléphone, virement) seraient donc rendus de fait obligatoire, cela sans montant minimum.



Objectif ? Réduire la dépense publique. La production de ces petites pièces coûte cher : fabriquer une pièce de 1 centime, 1,3 g d'acier cuivré de 1,67 mm d'épaisseur, coûte 1,2 centime. Cette réforme "zéro cash" a également pour objectif de "réduire la fraude fiscale et donc d'accroître la rentrée d'impôts".

Selon un Eurobaromètre, publié en décembre 2017, près des deux tiers des Européens sont favorables à la suppression de ces pièces. Certains craignent cependant que cette réforme n'entraîne une nouvelle hausse des prix, les commerçants décidant d'arrondir à l'euro supérieur.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU