Europacity : Emmanuel Macron abandonne le projet de mégacomplexe du Val-d'Oise

Europacity : Emmanuel Macron abandonne le projet de mégacomplexe du Val-d'Oise
Manifestation contre le projet EuropaCity à Paris, le 5 octobre 2019.
A lire aussi

, publié le jeudi 07 novembre 2019 à 14h02

Le chef de l'État a décidé d'abandonner le centre commercial Europacity et réfléchit "à un projet alternatif plus vaste que le triangle de Gonesse", a annoncé ce jeudi 7 novembre l'Élysée.

Largement soutenu par les élus locaux, le projet Europacity, mégacomplexe de loisirs et commerces, à Gonesse, dans le Val-d'Oise, suscitait depuis des années une opposition multiforme, d'organisations écologistes à des associations de commerçants. Ces contestations ont régulièrement été portées devant la justice administrative, parfois avec succès, ralentissant la réalisation du projet.




Emmanuel Macron a finalement tranché. "Le président de la République a décidé de ne pas poursuivre le projet Europacity", a indiqué jeudi 7 novembre l'Élysée à l'AFP, confirmant une information du journal Le Monde. Jugeant le projet "daté et dépassé", le chef de l'État estime qu'il "ne correspond plus aux aspirations de nos concitoyens".

L'annonce intervient alors que se tient jeudi après-midi un troisième Conseil de défense écologique.

Lors du premier Conseil de défense écologique en mai, l'exécutif avait annoncé l'abandon du projet minier Montagne d'or en Guyane. 

"Projet alternatif"

Emmanuel Macron "réfléchit à un projet alternatif plus vaste que le triangle de Gonesse", assure le palais présidentiel. Le "projet alternatif" souhaité par le chef de l'État "sera plus mixte, plus moderne, sans créer un pôle démesuré de consommation, de loisirs et d'objets".

Il a confié "la mission à Francis Rol-Tanguy, ancien directeur de l'Atelier parisien d'urbanisme, de travailler avec les élus à l'élaboration d'un nouveau projet".

"Une décision courageuse"

La décision du chef de l'État a été saluée par l'ensemble de la gauche et des écologistes. "Je salue cette décision d'abandonner un projet démesuré d'un autre temps, qui était un non-sens écologique et économique", a notamment assuré dans un communiqué Mathieu Orphelin, député ex-LREM et proche de Nicolas Hulot.

"Les luttes, parfois, peuvent être victorieuses", s'est réjoui sur Twitter Raphaël Glucksmann, eurodéputé Place publique. 



"L'abandon de ce projet consumériste, productiviste et au final écocide est une grande nouvelle", a également salué le député de La France insoumise Éric Coquerel. 



Le candidat EELV à la mairie de Paris David Belliard s'est de son côté félicité d'une "excellente nouvelle", mais souligne que "persiste la volonté de construire et de bétonner". 


"Europacity c'est fini ! Une très bonne nouvelle. Ce projet était absurde à l'heure de la transition écologique. Il faut maintenant s'assurer de la préservation de ces terres agricoles, devenues si rares à proximité de Paris", a également averti Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.