Euro-2016 : "Nous traiter de racistes, je ne peux pas l'accepter", s'indigne Giroud

Euro-2016 : "Nous traiter de racistes, je ne peux pas l'accepter", s'indigne Giroud
L'attaquant des Bleus réagit à la polémique née après les déclarations de Karim Benzema.

publié le mardi 07 juin 2016 à 17h40

- À trois jours du match d'ouverture de l'Euro 2016 France-Roumanie, la polémique concernant les propos de Karim Benzema sur la "France raciste" continue d'enfler. Olivier Giroud, attaquant de l'équipe de France, s'est confié sur Europe 1.

-

Comme le veut la tradition, le président de la République a rendu visite lundi aux joueurs de l'équipe de France à Clairefontaine, dans les Yvelines. À l'occasion du dîner, François Hollande a évoqué les Bleus comme étant "la France, toute la France". Une allusion à la polémique née à la suite des déclarations de Benzema et Cantona dans la presse étrangère. Le chef de l'État, qui "a du charisme" d'après le numéro 9 de l'équipe de France, a insisté sur "le fait de rester concentré sur l'essentiel et de faire abstraction des polémiques", d'après les propos rapportés par Olivier Giroud.

Par ailleurs, le joueur ne semble pas être atteint outre mesure par la polémique en question. Étant "des sportifs de haut niveau", les Bleus sont coutumiers des affaires de ce genre, et sont donc "prêts à affronter la pression", confie Olivier Giroud, même s'il admet qu'ils préféreraient tous "être laissés tranquilles". À la question de savoir s'il en veut à Karim Benzema, Éric Cantona, et Jamel Debbouze, l'attaquant répond avec fermeté. "Je n'ai pas besoin de m'exprimer par rapport à ça. J'ai mon idée sur la question mais je la garde pour moi. En tout cas, c'est sûr, ils ne peuvent pas nous traiter, le coach en premier, de racistes. Ça, je ne peux pas l'accepter", a conclu le joueur, qui ne souhaite pas alimenter les polémiques mais préfère rester "concentré sur le jeu".


D'autres joueurs de l'équipe de France avaient balayé avant lui les accusations de racisme, notamment Kingsley Coman et Morgan Schneiderlin. "Ça ne m'a pas fait mal parce que ce sont des mensonges, ça ne tient pas la route", avait également déclaré Patrice Évra.

Le 1er juin, Karim Benzema a estimé dans un entretien publié dans le quotidien sportif Marca, qu'il n'avait pas été retenu dans l'équipe de France, car "Didier Deschamps, a cédé à la pression d'une partie raciste de la France". Les différentes prises de position, notamment celles d'Éric Cantona - il avait considéré que Karim Benzema et Hatem Ben Arfa avait été écartés de la sélection "en raison de leurs origines nord-africaines" - et de Jamel Debbouze ("ils payent la situation sociale de la France d'aujourd'hui") ont continué à nourrir la polémique, à quelques jours de l'ouverture de l'Euro-2016 en France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.