Eure : la principale d'un collège organise un exercice attentat sans prévenir les professeurs

Eure : la principale d'un collège organise un exercice attentat sans prévenir les professeurs
Les membres du Raid simulent une attaque terroriste à Toulouse en prévention de l'Euro-2016, le 14 avril 2016.

Orange avec AFP, publié le lundi 04 septembre 2017 à 22h30

POLÉMIQUE. Face à des policiers cagoulés simulant une attaque terroriste, certains professeurs du collège Alphonse-Allais de Val-de-Reuil ont fini en pleurs, révèle France Bleu.

La pré-rentrée fut loin d'être de tout repos pour les enseignants du collège Alphonse-Allais de Val-de-Reuil (Eure), à une trentaine de kilomètres de Rouen.

Alors qu'ils étaient rassemblés vendredi 1er septembre, lors de plusieurs ateliers autour de la prévention, les professeurs ont vu débarquer deux policiers municipaux, cagoules sur la tête, révèle France Bleu Normandie lundi.

Pour simuler une attaque terroriste, les agents ont lancé des pétards dans la cour et même poursuivi les professeurs dans l'établissement. Certains ont couru se cacher, d'autres ont fini en pleurs, rapporte la radio. Et pour cause : la principale n'avait pas prévenu les enseignants d'une telle initiative. Des riverains du collège ont même appelé la police, croyant qu'un véritable attentat était en cours.

LA PRINCIPALE DANS SON DROIT

Le syndicat SNES-FSU, qui a été contacté par une professeure ayant participé à la journée, a assuré que des pétards avaient bien été tirés et a joint le rectorat, qui a appelé la principale. Cette dernière avait tout à fait le droit d'organiser cet exercice, car elle entre dans le cadre des actions de formation. Marc-Antoine Jamet, le maire de Val-de-Reuil, estime que cette intervention n'est pas "aberrante" mais que l'explication a peut-être été insuffisante, rapporte France Bleu.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU