Etrangers radicalisés en France: 48 expulsions depuis juillet, selon Darmanin

Etrangers radicalisés en France: 48 expulsions depuis juillet, selon Darmanin
Gérald Darmanin le 6 novembre 2020 à Tunis, où il a présenté aux autorités une liste de personnes à expulser de France, notamment vers la Tunisie

, publié le vendredi 13 novembre 2020 à 09h38

Un total de 48 étrangers en situation irrégulière et soupçonnés de radicalisation ont été expulsés de France depuis le 1er juillet, a indiqué vendredi Gérald Darmanin sur franceinfo.

Mi-octobre, le ministre de l'Intérieur avait affirmé que la France souhaitait expulser de son territoire 231 étrangers en situation irrégulière suivis pour radicalisation.

Outre les 48 expulsions, "la moitié de ces 231 personnes sont désormais hors d'état de nuire", a souligné le ministre. 50 d'entre eux sont actuellement en centre de rétention administrative dans l'attente de leur expulsion et 43 autres sont assignées à résidence, selon son entourage.

"Il y a encore plus d'une centaine d'étrangers en situation irrégulière que nous soupçonnons de radicalisation" sur le territoire national, a ajouté M. Darmanin.

Le ministre a dit espérer que ses déplacements successifs au Maroc, en Tunisie, en Algérie ou encore jeudi en Russie, pays les plus représentés parmi les étrangers radicalisés en situation irrégulière en France, "vont faire accélérer ces expulsions".

Ces déplacements, lors desquels il a présenté aux autorités une liste de personnes à expulser, ont "déjà donné un certain nombre de résultats", a-t-il affirmé.

Au total, "plus de 450" étrangers en situation irrégulière, inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), ont été expulsés de France depuis le début du quinquennat, a rappelé M. Darmanin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.