Etats généraux de la justice : la famille de Tiphaine Véron, disparue en 2018, en appelle à Emmanuel Macron

Etats généraux de la justice : la famille de Tiphaine Véron, disparue en 2018, en appelle à Emmanuel Macron©Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP / POOL

publié le dimanche 17 octobre 2021 à 17h37

Tiphaine Véron a disparu le 29 juillet 2018 à Nikko, au Japon. Depuis trois ans, les recherches effectuées par ses proches sur place n'ont rien donné, pas plus que les enquêtes judiciaires menées depuis Poitiers et au Japon.

La famille de Tiphaine Véron en appelle à Emmanuel Macron.

La disparition en 2018 de la touriste française au Japon n'a jamais été élucidée, Damien Véron, le frère aîné de la Poitevine, a indiqué sur Twitter samedi espérer que ce "dossier emblématique de la justice de Poitiers", sa ville d'origine, sera évoqué lundi 18 octobre lors de la visite du président de la République, qui doit y lancer les Etats généraux de la justice.



L'information judiciaire pour "enlèvement et séquestration" est toujours en cours au tribunal de la ville.

Pour les proches, le dossier est porté avec "difficulté" par la juge d'instruction en raison "du manque de coopération" du Japon avec la France, a expliqué à l'AFP Damien Véron.

Tiphaine Véron a disparu le 29 juillet 2018 à Nikko, une cité touristique du nord-est du Japon entourée de collines et de bois aux sanctuaires réputés. Alors âgée de 36 ans, la jeune femme, épileptique, avait quitté son hôtel pour aller se promener, laissant derrière elle valise et passeport. Depuis trois ans, les recherches effectuées par ses proches sur place, n'ont rien donné, pas plus que les enquêtes judiciaires menées depuis Poitiers et au Japon.



L'hypothèse criminelle "jamais véritablement explorée"

La juge d'instruction poitevine a récemment adressé une commission rogatoire internationale au Japon pour lui demander de réaliser de nouvelles investigations.

La famille de Tiphaine Véron déplore en effet que l'hypothèse criminelle n'ait "jamais été véritablement explorée" par les enquêteurs nippons.

"On espère que l'Etat japonais va collaborer avec la justice française. On demande au président Macron qu'il ne lâche pas la pression sur le Japon", a souligné Damien Véron. Avec sa famille et leurs avocats, le frère espère se rendre au Japon en 2022 pour "appuyer" leurs demandes.

Le président de la République, Emmanuel Macron, est en déplacement lundi à Poitiers pour lancer les États généraux de la justice qui ont pour ambition de "dresser un état de la situation de la justice et de formuler des propositions concrètes pour la mettre au centre du débat démocratique", selon l'Élysée.

Lors de sa visite au Japon en juillet pour l'ouverture des JO de Tokyo, le Président avait évoqué l'affaire Véron avec le Premier ministre japonais Yoshihide Suga. Il a, selon la présidence française, demandé "toute la coopération des autorités exécutives et judiciaires japonaises".

Une fresque géante

En juillet dernier, la ville de Poitiers a inauguré une fresque géante représentant le regard de Tiphaine Véron. En dominante noir et blanc avec des parties colorées, la fresque contre l'oubli a été peinte bénévolement par le graffeur poitevin Rebeb sur un mur proche de la gare avec le soutien de la mairie.

"Un mur sur un passage obligé vers de nombreux axes de Poitiers, qui donne à Tiphaine une visibilité énorme", a expliqué à l'AFP Sybille Véron, sa soeur. Un "mur permanent", en vue d'une fresque pérenne, "car il aurait été dommage que le portrait disparaisse, dans le cas d'un mur 'd'expression libre'", a précisé Damien Véron.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.