Etablissements scolaires : Jean Castex et Jean-Michel Blanquer annoncent des ajustements

Etablissements scolaires : Jean Castex et Jean-Michel Blanquer annoncent des ajustements©Panoramic

, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 18h50

Après le mécontentement engendré par une rentrée des classes chaotique, et en plus des mesures déjà annoncées par le ministre de l'Education nationale, le gouvernement a annoncé de nouveaux ajustements, mais pas de fermetures d'établissements.


"Nous avons deux exigences : faire qu'il y ait une continuité apprentissage et garantir une protection sanitaire", a d'office précisé Jean-Michel Blanquer lors du discours "bilan" du gouvernement après deux semaines de reconfinement.

La rentrée des classes du 2 novembre après les vacances de la Toussaint ne s'est pas vraiment déroulée dans la sérénité. Au contraire, elle s'est apparentée davantage à une cacophonie géante. Beaucoup de professeurs ont dénoncé un protocole sanitaire insuffisant, tandis que dans certains lycées, des étudiants ont manifesté pour exprimer leur désaccord avec les mesures gouvernementales. L'impossibilité de respecter les gestes barrières dans des salles de classe, les cantines ou les couloirs bondés a suscité l'indignation.


Un protocole sanitaire strict et des tests antigéniques dans les établissements

Pour y faire face, Jean-Michel Blanquer a annoncé un durcissement du protocole sanitaire et a incité les établissements à mettre en place des mesures favorisant l'enseignement à distance. Le ministre de l'Education nationale a néanmoins appelé à garder au moins 50% des cours en présentiel. La méthode, que ce soit la mise en place de demi-groupes ou de classes alternées, reste à la discrétion de chaque chef d'établissement. Ce dernier a tenu à développer ces points de nouveau, en apportant des précisions supplémentaires. "La deuxième vague a été accentuée par les vacances. On a dû faire évoluer les curseurs. On a durci le protocole, s'est-il expliqué. Les nouvelles mesures sont applicables depuis le 2 novembre et consistent surtout à limiter le brassage, à favoriser la généralisation du port du masque dès le CP, une meilleure aération et désinfection des locaux".

Mais certains professeurs craignent que des élèves soient livrés à eux-mêmes et qu'il y ait une explosion du décrochage scolaire. Jean-Michel Blanquer a fait mention d'un suivi pédagogique et de renforts. "Il faut garder un lien fort avec la classe. Chaque rectorat doit avoir un plan de continuité précis, pour les enseignements à distance normalement. Des cellules de continuité pédagogique sont mises en place. Il y a une forte mobilisation des professeurs et des chefs d'établissement, je les remercie tous. Nous allons amener plus de jeunes du service civique, des assistants pédagogiques et des professeurs remplaçants". Ces dispositifs ne sont pas étendus aux collèges. En outre, aucune fermeture d'établissement n'a été annoncée.

Enfin, le ministre de l'Education nationale est revenu sur la politique de tests dans les 60 000 établissements scolaires de France. "Elle consiste à avoir plus de dépistages des personnels dans les établissements. Ils sont prioritaires pour les PCR. Il y aura le déploiement de 1.2 million de tests antigéniques dans les établissements".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.