Essonne : vague d'indignation après la profanation d'un arbre planté à la mémoire d'Ilan Halimi

Essonne : vague d'indignation après la profanation d'un arbre planté à la mémoire d'Ilan Halimi
Ilan Halimi avait été enlevé le 21 janvier 2006 par le "gang des barbares" et découvert agonisant près de la gare de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne) le 13 février.

Orange avec AFP-Services, publié le mardi 12 février 2019 à 12h15

Le ministre de l'intérieur Christophe Castaner s'est rendu sur place dès lundi soir et a fait part de son indignation.

"Nous planterons des arbres encore plus grands et plus gros que ceux profanés", assure le maire de Sainte-Geneviève-des-Bois, au lendemain de la profanation de deux arbres plantés en hommage à Ilan Halimi. Un arbre planté dans sa commune de l'Essonne, où avait été retrouvé Ilan Halimi, un jeune homme de confession juive assassiné en 2006, a été scié, à deux jours de l'anniversaire de sa mort.

L'arbre planté à la mémoire de ce jeune homme, et portant sa photo, a été scié à la base, a-t-on appris auprès de la mairie. Deux agents municipaux, venus préparer le site pour une cérémonie annuelle mercredi, ont "découvert deux jeunes arbres, l'un entièrement coupé, l'autre en partie scié". 

"Un antisémitisme qui grandit de jour en jour"

Le premier avait été planté en 2006, l'année de la mort d'Ilan Halimi, le deuxième en 2016 pour le dixième anniversaire de sa mort. La mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois a porté plainte.

Ilan Halimi, 23 ans, employé dans un magasin de téléphonie, avait été enlevé le 21 janvier 2006 par le "gang des barbares" et découvert, après trois semaines de tortures, agonisant près de la gare de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne) le 13 février. Il est mort lors de son transfert à l'hôpital.

"Ruth Halimi m'avait dit qu'elle ne voulait pas qu'Ilan soit enterré en France afin qu'il repose en paix... Une fois de plus, la stèle à sa mémoire a été profanée. Tristesse et dégoût face à cet antisémitisme qui grandit de jour en jour et s'affiche sans complexe", a réagi sur Twitter Me Francis Szpiner, l'ancien avocat de la famille Halimi.

Un "acte odieux"

Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) a dit pour sa part avoir "appris avec effarement" la profanation des arbres plantés à la mémoire d'Ilan Halimi à Sainte-Geneviève des Bois. Treize ans après son assassinat, cet acte ignominieux ne doit pas rester impuni". Il a annoncé avoir "signalé ces faits sans attendre au procureur de la République d'Evry".

"Sur les lieux où Ilan fut jeté comme un chien, la mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois a planté des arbres et a apposé une plaque en la mémoire d'Ilan. Sur ce lieu, des commémorations ont lieu chaque 13 février. Ce matin, ce lieu a été profané, à quelques heures de la cérémonie de mercredi", a dénoncé SOS Racisme dans un communiqué, en condamnant "cet acte odieux".

Cette découverte intervient alors que doit être remis par le gouvernement un prix national Ilan Halimi, pour récompenser des projets portés par des jeunes de moins de 25 ans luttant contre les stéréotypes racistes et antisémites à la veille de la date anniversaire de sa mort.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.