Épisode de gel : cet aliment dont la production a grandement été impactée

Épisode de gel : cet aliment dont la production a grandement été impactée©Pixabay
A lire aussi

publié le dimanche 06 juin 2021 à 11h50

La fraîcheur des mois de mars et d'avril est à l'origine du développement tardif des fleurs. En conséquent, les abeilles ont eu des difficultés à les butiner. Une situation que bon nombre d'apiculteurs jugent inédite. La production de miel en est fortement impactée.

Il a confié son désarroi à franceinfo. Étienne Calais, un ancien vétérinaire, aujourd'hui président du Groupement de défense sanitaire apicole d'Île-de-France (GDSAIF), dit n'avoir jamais vu pareille situation en 20 ans. Cette année, il a récolté deux fois moins de miel qu'en 2020.

Et sa situation serait partagée par la moitié des apiculteurs de la région, précise le média. En cause : la vague de froid qui a touché le territoire, en mars et en avril. "Comme il y a eu du gel tardif, la ressource est peu abondante. Il y a peu de nectar cette année, peu de pollens aussi, observe Étienne Calais auprès de nos confrères. Les fleurs ont été peu abondantes et on a eu des périodes de disette. Donc, là, on a des tapis d'abeilles mortes."

Même son de cloche, du côté d'Amor Kaabia, un apiculteur professionnel qui, lui aussi, s'est confié à franceinfo. L'homme explique que, pour la première fois en 22 ans de carrière, son atelier d'extraction de miel, basé à Trappes, dans les Yvelines, se trouve à l'arrêt. "Les clients me demandent le miel de cette année et je n'en ai pas, se désole-t-il. Il en reste un peu de l'année dernière. Je n'ai pas fait la récolte de printemps, on n'a pas fait la récolte d'acacia."

Et d'après les informations dont dispose le média, la situation serait parfois plus dramatique encore, dans certaines régions. Henri Clément, secrétaire général de l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF), leur a ainsi confié que de nombreuses récoltes de miel n'ont pas du tout pu se faire. Mais les amoureux de cette mixture ambrée peuvent rester confiants : les miels de châtaigne et de lavande, qui sont récoltés au mois de juin, devraient encore pouvoir satisfaire les palais gourmands... Si la météo est favorable !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.