"Ensauvagement": Darmanin campe sur ses positions après l'appel de Castex à "fermer le ban"

Chargement en cours
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin lors d'une opération anti-drogue à Choisy-le-Roy, le 1er septembre 2020
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin lors d'une opération anti-drogue à Choisy-le-Roy, le 1er septembre 2020
1/2
© AFP, Alain JOCARD

, publié le mardi 01 septembre 2020 à 19h02

Gérald Darmanin a campé mardi sur ses positions et réitéré le mot "ensauvagement", après l'appel du Premier ministre Jean Castex à "fermer le ban" pour éteindre une polémique entre son ministre de l'Intérieur et le garde de Sceaux.      

"On peut utiliser des mots différents. Personnellement, j'utilise le mot d'ensauvagement et je le réitère", a affirmé M. Darmanin devant la presse lors d'un déplacement à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne).

"C'est un mot qui fait naître en moi des échos des années de permanence électorale où j'ai vu des gens victimes d'actes de sauvagerie", a-t-il ajouté, après que le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti eut pris ses distances avec ce mot "ensauvagement", utilisé également par la droite et la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa. 

Le ministre de l'Intérieur s'est toutefois déclaré convaincu qu'il applique avec le garde des Sceaux "la même politique, celle décidée par le président de la République et le Premier ministre".

A l'occasion d'un déplacement à Chateauroux (Indre) pour la rentrée scolaire, M. Castex avait nié toute divergence au sein de son gouvernement.  

"Fermez le ban: il n'y a aucune polémique", a-t-il affirmé. "Le vrai sujet, en revanche, c'est bien celui de mobiliser face à la montée des violences et de l'insécurité", a-t-il répliqué aux journalistes qui l'interrogeaient.

"La question n'est pas les mots qu'on emploie pour qualifier le phénomène, mais les actions que l'on met et que l'on va mettre en place pour y faire face", a-t-il ajouté.

"Le ministre de l'Intérieur, comme l'ensemble du gouvernement, constate effectivement qu'il y a une montée du sentiment d'insécurité et je peux vous dire la totale mobilisation du gouvernement pour y faire face", a assuré M. Castex.

Sur Europe 1, M. Dupond-Moretti avait auparavant récusé "l'ensauvagement de la société" dénoncé par M.Darmanin.

"L'ensauvagement, c'est un mot qui (...) développe le sentiment d'insécurité", a-t-il estimé. Or "pire que l'insécurité, il y a le sentiment d'insécurité" qui est "de l'ordre du fantasme" et est nourri par "les difficultés économiques" et "certains médias".

Cette polémique entre les deux ministres n'a pas échappé à Damien Abad, chef du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale.

"Le clash Dupond-Moretti/Darmanin montre toutes les limites du +en même temps+. Plus on s'avance dans le +en même temps+, plus on s'éloigne d'une politique de droite", a-t-il affirmé au Parisien. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.