Enquête ouverte après la disparition d'une policière dans la Seine à Paris

Enquête ouverte après la disparition d'une policière dans la Seine à Paris

Pompiers et policiers tentent de retrouver une policière de la brigade fluviale disparue lors d'un exercice dans la Seine, le 5 janvier 2018

A lire aussi

AFP, publié le dimanche 07 janvier 2018 à 23h17

Le parquet de Paris a confié à la "police des polices" une enquête pour rechercher les raisons de la disparition vendredi d'une policière dans la Seine lors d'un exercice, a-t-on appris dimanche de source judiciaire.

Cette enquête pour "recherche des causes de la disparition", confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), a été ouverte vendredi, a précisé cette source à l'AFP.

La policière de la brigade fluviale, âgée de 27 ans, a disparu dans le fleuve vendredi vers 10H50, lors d'un exercice de routine qui se déroulait à hauteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Elle n'avait toujours pas été retrouvée dimanche soir.

Les recherches sous-marines menées à l'aide d'un sonar n'ont donné jusque-là "aucun écho positif", ont indiqué les pompiers à l'AFP dimanche. Les secours ont abandonné tout espoir de retrouver la plongeuse vivante et recherchent désormais son corps, ont-ils ajouté.

Les opérations, interrompues avec la nuit, doivent reprendre lundi matin.

Samedi, le syndicat Unsa-Police a demandé l'ouverture d'une enquête administrative sur les conditions dans lesquelles avait été réalisé cet exercice.

"Rien ne motivait qu'on mette en place cet exercice alors qu'après le passage de la tempête, la Seine est en crue", avait estimé sur France Bleu Paris le secrétaire départemental adjoint du syndicat, Nicolas Pucheu.

Selon lui, la policière n'avait son diplôme de plongée sous-marine "que depuis trois semaines". "C'était pour nous suicidaire de la mettre à l'eau".

Après le passage de la tempête Eleanor, le niveau de la Seine est monté à Paris, atteignant dimanche soir environ 3,90 m à l'échelle du pont d'Austerlitz, ce qui correspond à la "vigilance jaune". Elle devrait atteindre une cote maximum comprise entre 4,1 et 4,6 m dans les prochains jours, selon l'organisme de contrôle Vigicrues.

Au total, six personnes sont mortes en France en raison des intempéries.

 
9 commentaires - Enquête ouverte après la disparition d'une policière dans la Seine à Paris
  • avatar
    caplan  (privé) -

    ce sont les incompétences du chef de cette opération qui sont a étudier ..........il y toujours un petit chef quelque part ! même , plus rare, dans les hauts gradés

  • Cet exercice dans des courants tumultueux d'eau froide et boueuse était il bien choisi ?

  • Il n'y a rien d'habérant à faire un tel exercice en de telles circonstances, mais cela doit se pratiquer avec le maximum de précautions puisqu'il n'y a pas urgence, on en profite même pour mettre l'accent sur les mesures de protection individuelle et la vigilance réciproque (travail d'équipe).
    Ceux qui ont en charge le secours aux personnes peuvent s’entraîner dans des conditions proches de la réalité, mais en prenant toutes les précautions nécessaires.Ici cela n'a pas été le cas, la plongeuse n'était liée à la ligne de vie, c'est là la faute. La condition physique de ces plongeurs professionnels, les techniques et le matériel actuels autorisent de tels entraînements si l'on respecte les règles d'usage.
    La plongeuse novice aurait du faire l'objet d'une attention toute particulière de la part de ses collègues aguerris, je n'ose pas penser à un quelconque bizutage qui aurait mal tourné..., et comment pouvoir imaginer que la "ligne de vie" puisse s'être détachée ?
    Le "matelotage" ( science des nœuds) est l'ABC de la navigation en toute sécurité et en plongée en milieu périlleux !

  • comment intervenir en milieu difficile si on ne sait intervenir qu'en piscine. Pour être efficace, il faut apprendre à intervenir en conditions réelles et ce genre d'accident est pratiquement inévitable. Toute ma sympathie à la famille de cette Policière et à ses collègues qu'on ne remerciera jamais assez.

    avatar
    caplan  (privé) -

    oui , il faut se mettre en situation réelle et comme il se doit, prendre toutes les mesures de sécurité doublées en d etelle circonstances ..ce que son chef avait apparemment oublié de faire ??? !

  • la vérité hélas on ne l'a saura jamais ??? car maintenant cette pauvre policière est malheureusement plus de ce monde ...vu que maintenant on supprime beaucoup tant en argent ,en matériel etc le matériel était peut être aussi défaillant . il y a de l'argent pour voyager dépenser 350 000 € pour gagner une heure d'avion et 260 000 € pour le coiffeur en 3 mois cela est des dépenses justifiées .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]