Enlèvement et meurtre d'un docker du Havre en 2020: trois hommes écroués

Enlèvement et meurtre d'un docker du Havre en 2020: trois hommes écroués
Vue générale du port du Havre, le 21 janvier 2021

publié le vendredi 28 mai 2021 à 19h24

Trois hommes ont été mis en examen pour association de malfaiteurs et placés en détention provisoire vendredi dans le cadre de l'enquête sur l'enlèvement et le meurtre d'un docker du Havre en juin 2020, a indiqué le parquet de Lille.

Le corps de cet homme de 40 ans avait été retrouvé le 12 juin 2020 près d'une école de Montivilliers (Seine-Maritime), proche du Havre.

Une information judiciaire "notamment du chef d'arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire suivi de mort en bande organisée" avait été ouverte dans la foulée, instruite par la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille.

Dix personnes avaient été arrêtées et placées en garde à vue depuis mardi, avait indiqué à l'AFP le parquet, confirmant une information de France Inter.

Parmi elles, trois hommes, âgés d'une trentaine d'années, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes et des délits punis de dix ans d'emprisonnement et placés en détention provisoire, a indiqué vendredi soir le parquet dans un communiqué. Deux étaient déjà incarcérés pour d'autres faits.

Le parquet n'a pas précisé l'issue des gardes à vue pour les sept autres personnes. L'enquête a été confiée conjointement à l'antenne du Havre du service régional de police judiciaire de Rouen et la section de recherches de Rouen.

Selon une source proche du dossier, les enquêteurs privilégient la piste d'un règlement de comptes dans cette affaire.

Le docker avait été mis en examen en juillet 2018 pour association de malfaiteurs en vue de la préparation de crimes ou de délits, "en lien avec un trafic de produits stupéfiants sévissant sur la zone portuaire", selon le parquet de Lille. 

Il avait été laissé libre sous contrôle judiciaire.

Environ 2.700 personnes avaient participé le 20 juin 2020 à une marche blanche au Havre en son hommage.

Dans un communiqué, la Fédération nationale des ports et docks de la CGT avait alors fait part de "son émotion" face à cet "assassinat dans des circonstances odieuses et lâches". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.