ALERTE INFO
20:26 Euro : Karim Benzema rappelé en Equipe de France

Enlèvement de Mia : mandat d'arrêt international contre Rémy Daillet, figure complotiste et inspirateur des ravisseurs

Enlèvement de Mia : mandat d'arrêt international contre Rémy Daillet, figure complotiste et inspirateur des ravisseurs
Rémy Daillet à Villemur-sur-Tarn, le 2 février 2009.

publié le mardi 20 avril 2021 à 11h47

Il prône de "stopper les placements abusifs d'enfants" et de développer l'éducation à la maison, en rupture avec l'Éducation nationale. Des théories qui semblent notamment avoir touché la mère de la petite Mia.

Il promet de renverser le gouvernement a la tête d'une révolte populaire, de mettre à pied les forces de l'ordre ou encore de ressusciter la France.

Rémy Daillet, "animateur" présumé de la "mouvance" anti-système des ravisseurs de la petite Mia, est désormais visé par un mandat d'arrêt international, a annoncé mardi 20 avril le procureur de la République de Nancy François Pérain.

"Ce mandat d'arrêt a été pris au regard de plusieurs éléments, dont les auditions de certaines des personnes placées en garde  vue et mises en examen", précise le magistrat dans un communiqué. "Au regard de ces éléments, Rémy Daillet apparaît comme l'animateur principal de la 'mouvance' dans le cadre de laquelle s'inscrivent les mis en cause". Rémy Daillet "aurait joué un rôle dans l'organisation de l'enlèvement et aurait ainsi fourni les coordonnées de l'accueillante de la mère et de l'enfant à Neuchâtel", ajoute le magistrat.

Selon le journal Le Parisien, Rémy Daillet, un ancien cadre du Modem en Haute-Garonne, vit en Malaisie depuis plusieurs années. Exclu du parti centriste en 2010, Rémy Daillet, 54 ans, est depuis devenu une figure du mouvement complotiste et il défend l'idée d'un coup d'État populaire. Il n'est d'ailleurs pas inconnu des services de police, souligne le quotidien local. Ainsi, son nom est apparu dans l'enquête sur l'attaque d'une gendarmerie à Dax, en novembre. L'été dernier, il s'est fait remarquer en se félicitant, sur les réseaux sociaux et derrière un pseudonyme, des inscriptions négationnistes apposées sur une stèle mémorielle d'Oradour-sur-Glane. Rémy Daillet faisait depuis l'objet d'une note bleue Interpol (simple recherche d'information) émise à la demande des gendarmes de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité (OCLCH).


Au-delà de ces épisodes, il est surtout une figure des milieux complotistes francophones, selon Le Parisien, dont les vidéos sont vues par des centaines de milliers de personnes. Parmi ses thèses et ses objectifs : l'organisation d'un coup d'État "pacifique et populaire", l'éviction du personnel politique et judiciaire, la mise à pied des forces de l'ordre, le démantèlement du réseau 5G, l'annulation des amendes dressées à l'encontre des "gilets jaunes", la fin du port du masque, du confinement, de la campagne de vaccination...

Enfin, il prône de "stopper les placements abusifs d'enfants" et de développer l'éducation à la maison, en rupture avec l'Éducation nationale. Des théories qui semblent notamment avoir touché la mère de la petite Mia.

La petite Mia, 8 ans, avait été enlevée mardi dernier à la demande de sa mère par plusieurs hommes alors qu'elle était hébergée chez sa grand-mère maternelle dans les Vosges. Sa mère n'avait plus le droit de la voir seule ni de lui parler au téléphone.

Une alerte enlèvement avait rapidement été diffusée et d'importants moyens policiers, en France et dans plusieurs pays frontaliers, ont permis de la retrouver dimanche matin avec sa mère en Suisse, dans un squat de la commune de Sainte-Croix. Les cinq hommes qui ont organisé son kidnapping sont poursuivis pour "enlèvement en bande organisée d'une mineure de (moins de) quinze ans et association de malfaiteurs". Quatre d'entre eux ont été placés en détention.

Lola Montemaggi, la mère de la fillette, ainsi qu'un ressortissant français qui l'a aidée en Suisse, sont quant à eux en détention dans le canton de Vaud dans l'attente d'une procédure d'extradition.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.