Enfants de jihadistes détenus en Syrie : l'ONU épingle la France

Enfants de jihadistes détenus en Syrie : l'ONU épingle la France©DELIL SOULEIMAN / AFP

publié le jeudi 03 décembre 2020 à 16h50

Paris a jusqu'ici rapatrié 28 enfants, surtout des orphelins et quelques enfants confiés par les rares mères françaises ayant accepté de s'en séparer.

La France ne prend pas les mesures nécessaires pour protéger les enfants -en danger "immédiat"- de jihadistes français détenus en Syrie, malgré ses responsabilités, a estimé mercredi 2 novembre un comité de l'ONU.

Dans un avis rendu mercredi et dévoilé jeudi par le journal Libération, le Comité des droits de l'Enfant de l'ONU juge que la France, contrairement à ce qu'elle affirme, "exerce une juridiction sur ces enfants" et doit donc s'assurer qu'ils sont traités et protégés conformément aux conventions internationales qu'elle a signées. Or, les plus de 200 enfants français détenus dans les camps du nord-est syrien dans des conditions "déplorables" y sont en danger "immédiat", estime le comité, qui évoque des "risques de dommages irréparables pour leur vie, leur intégrité physique et mentale et leur développement", dans cet avis.


La France, au vu notamment de ses relations avec les autorités kurdes locales, "a la capacité et le pouvoir de protéger les droits de ces enfants, en les rapatriant ou en prenant d'autres mesures" de protection, considère-t-il.

Le comité avait été saisi en 2019 par les avocats de familles d'une dizaine d'enfants français détenus en Syrie, qui contestent le refus de la France de reconnaître une quelconque responsabilité à leur endroit et réclament leur rapatriement.

"Cette décision vient trancher une question juridique et dire que la France a compétence concernant ces enfants détenus de manière illégale dans le nord-est syrien", se sont réjouis deux avocats des familles, Me Marc Bailly et Me Martin Pradel. "C'est une décision particulièrement novatrice et historique, car le Comité des droits de l'enfant dit que cette convention internationale sur les droits de l'enfant est opposable à la France même dans le nord-est syrien. Ça va imposer à la France d'être courageuse" et d'aller vers le rapatriement, ont-ils ajouté.


La France a jusqu'ici refusé de rapatrier en masse les quelque 150 adultes arrêtés pour avoir rejoint ces dernières années le groupe État islamique (EI), défait militairement en 2019, et détenus depuis en Syrie avec plus de 200 enfants. Mettant en avant une politique du "cas par cas", Paris a jusqu'ici rapatrié 28 enfants, surtout des orphelins et quelques enfants confiés par les rares mères françaises ayant accepté de s'en séparer. La France estime qu'il n'est pas de son ressort de juger les adultes, qui doivent selon elle doivent être jugés en Irak et en Syrie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.