En région parisienne, les policiers ne peuvent plus s'entraîner au tir

En région parisienne, les policiers ne peuvent plus s'entraîner au tir
Un policier s'entraîne au tir dans le Loiret, le 25 janvier 2016 (image d'illustration)

Orange avec AFP, publié le vendredi 21 avril 2017 à 14h45

En Île-de-France, tous les stands de tir de la police sont fermés. Une contamination au plomb a obligé la direction à boucler les 32 centres d'entraînement de la région parisienne.

Moralité : les policiers ne peuvent plus s'exercer au tir, selon une information du Parisien. Une situation qui tombe mal, dans un contexte de menace terroriste.

Aucune date de réouverture n'a été communiquée pour le moment. Depuis le 3 avril, les balles ne sifflent plus face aux cibles de papier. Les stands sont fermés car la société le prestataire chargé de l'entretien ne veut plus y envoyer ses employés. Récemment, trois d'entre eux ont été contaminés par des traces de plomb. Des taux de contamination "près de deux fois supérieurs à la normale" auraient été décelés par la médecine du travail, qui a alerté l'inspection du travail, selon Le Parisien. Pourtant, l'administration policière assure que des analyses médicales sont pratiquées régulièrement sur les instructeurs et les employés des lieux, analyse qui "se sont révélées négatives".



"C'est problématique, car en ce moment, on est tous en train de se former au maniement des nouvelles armes qui vont nous équiper", a expliqué un policier d'un service d'intervention au Parisien. "On ne peut pas prendre davantage de retard, surtout en cette période tendue." La société prestataire met en avant les risques pour la santé de ses salariés, tout particulièrement les possibles incendies. En effet, en raison de l'arrêt du nettoyage, des résidus de poudre se sont accumulés dans les stands, ce qui menace la sécurité. La moindre étincelle pourrait provoquer un départ de feu dans ces lieux confinés.

"On ne peut qu'être d'accord avec cette fermeture qui menace la sécurité de tous", a réagi Loïc Travers, du syndicat de police Alliance, cité par Le Parisien. "Ce n'est pas le fait de l'administration. Mais il y a la nécessité absolue de trouver rapidement un prestataire. Et même s'il faut pour cela déroger au marché public. Car on ne peut pas attendre plusieurs semaines pour étudier toutes les offres. Il faut une solution urgente", a-t-il souligné.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
20 commentaires - En région parisienne, les policiers ne peuvent plus s'entraîner au tir
  • Tout cela prouve bien un laxisme d'état
    Il faut remettre de l'ordre dans tout cela

  • La France croule sous les réglementations........comme si celles de Bruxelles ne suffisaient pas, les gouvernements successifs en rajoutent une couche sous la pression des lobbies, des tendances politiques diverses et variées, des "égo" de certains, des associations..... Pourquoi ne pas utiliser les " locataires de prisons pour effectuer la dépollution.........sous surveillance armée, à toutes fins utiles.

  • C'est la misère. Je ne pensais pas que tirer une trentaine de cartouches par an et par fonctionnaire pouvait occasiçonner de telles nuisances.

  • trois tirs par an ou rien du tout cela ne change pas grand chose pour l'instant

  • Et notre 1er ministre qui s'emporte au micro pour justifier la politique de la gauche pendant 5 ans et qui appel à la décence. On croit rêver.