En dix ans, la taxe foncière a augmenté de plus de 25%

En dix ans, la taxe foncière a augmenté de plus de 25%
Angers demeure la grande ville de France aux taux cumulés de taxe foncière les plus élevés.
A lire aussi

publié le mardi 19 octobre 2021 à 09h00

Parmi les grandes villes françaises, Nantes enregistre la plus forte hausse avec 37,5%.

La taxe foncière flambe. Entre 2010 et 2020, elle a augmenté de 27,9%, indique le 15e Observatoire national des taxes foncières de l'Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI), dont les résultats ont été révélés mardi 19 octobre par Le Parisien / Aujourd'hui en France.

Si l'on s'en tient aux cinq dernières années, elle a augmenté de 11,4%. Cette forte hausse est due autant à la revalorisation nationale des bases locatives, décidées chaque année par le Parlement (+ 6,1% sur 5 ans, + 14,2% en 10 ans), qu'aux augmentations de taux décidées par les élus locaux, souligne le quotidien.



Toutes les communes ne sont pas touchées de la même manière. Parmi les grandes villes françaises, Nantes enregistre la plus forte hausse avec + 37,5% en dix ans, souligne l'UNPI. L'impôt local a également particulièrement augmenté à Lille (+ 35,96%) et Angers (+ 33,28%). Pour 2021, c'est Orléans qui enregistre la plus forte augmentation (+ 9 %), une hausse en partie compensée par une baisse de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères. En moyenne toutefois, la hausse est restée contenue cette année, indique le quotidien. Dans les 50 villes les plus peuplées de France, la taxe foncière a progressé de seulement 1%.

Par ailleurs, Angers demeure, depuis plusieurs années, la grande ville de France aux taux cumulés de taxe foncière (hors taxe d'enlèvement des ordures ménagères) les plus élevés avec 56,42%, devant Amiens (55,87%), Grenoble (54,72%), Orléans (54,31%), Montpellier (54,44%) et Caen (52,10%).


"Ce n'est plus forcément la taxe foncière en tant que telle qui augmente, mais toutes les taxes satellites", notamment la Taxe d'enlèvement des ordures ménagères (Teom), la taxe sur les activités polluantes, la taxe spéciale d'équipement ou encore la taxe Gemapi, analyse toutefois Pierre Hautus, directeur général de l'UNPI, dans Le Parisien / Aujourd'hui en France

Et selon André Robert, délégué général de l'Association des petites villes de France, interrogé par le quotidien, cette hausse ne devrait pas s'arrêter là. La suppression de la taxe d'habitation "participe à la diminution de l'autonomie fiscale des collectivités locales. Des impôts sont remplacés par des dotations de l'État qui ne compensent pas totalement le manque à gagner", explique-t-il. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.