En 2018, la France ne comptera plus de cabines téléphoniques

En 2018, la France ne comptera plus de cabines téléphoniques
Une cabine téléphonique à Noailles (Oise), le 20 octobre 2015.

Orange avec AFP, publié le lundi 04 septembre 2017 à 18h34

TÉLÉPHONIE. D'ici au 31 décembre, toutes les cabines téléphoniques de France auront été démontées.

Le service accuse désormais des pertes supérieures à 10 millions d'euros par an.

Dans les années 1990, la France comptait jusqu'à 300.000 cabines téléphoniques. En 2017, alors que le téléphone portable est entre toutes les mains, il ne reste plus que 5.450 Publiphones sur le territoire. À Paris, où la première cabine est apparue en 1884, il n'y en a plus depuis juin dernier. Ce sera bientôt le cas partout, car d'ici au 31 décembre, Orange aura démonté toutes les cabines téléphoniques, a révélé dimanche 3 septembre Le Parisien.

"Le trafic des cabines n'est plus aujourd'hui que de 0,6 % de ce qu'il était en 2000", explique Laurentino Lavezzi, directeur des affaires publiques de l'opérateur dans les colonnes du quotidien. Alors qu'il générait 516 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2000, ce service accuse désormais des pertes supérieures à 10 millions d'euros par an. "La durée moyenne d'appel par cabine est tombée à 10 secondes par jour. Sur les 10.000 cabines encore en service au premier trimestre 2017, la moitié n'ont pas décroché une seule fois", poursuit-il.

C'est la loi Macron qui a entériné la disparition définitive des cabines téléphoniques. Une des mesures prévoit en effet la suppression du "service universel d'Orange", l'obligation de couvrir le territoire avec un accès à la téléphonie.

Mais tout le monde n'est pas d'accord. Face à la grogne de certains élus, dont le maire de Ceillac, petit village des Hautes-Alpes, M. Lavezzi se défend. "Nous comprenons certaines réactions, qui posent plus largement la question de l'aménagement du territoire et de la disparition progressive des services publics, mais nous préférons investir dans le développement des réseaux mobiles que dans l'entretien de cabines inutilisées", assure-t-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.