Empreinte carbone : si les Français se disent prêts à faire des efforts, ils ne veulent pas que cela leur coûte

Empreinte carbone : si les Français se disent prêts à faire des efforts, ils ne veulent pas que cela leur coûte©Tobias SCHWARZ / AFP
A lire aussi

publié le mercredi 15 septembre 2021 à 13h50

Pour réduire leur empreinte carbone, une majorité de Français ont adopté des "écogestes" au quotidien. Ils sont en revanche moins nombreux à avoir changé leurs habitudes dans les "domaines fortement émetteurs de CO2" tels que la consommation de viande, l'utilisation régulière de la voiture et de l'avion ou encore le numérique. 

Si les Français se disent majoritairement prêts à s'impliquer davantage pour réduire leur empreinte carbone plus de 60% d'entre eux jugent cet engagement coûteux et ne sont pas prêts à en payer le prix, révèle un sondage* Odoxa réalisé pour les quotidiens du groupe Ebra et publié mercredi 15 septembre.



Selon cette étude, réalisée à moins de deux mois de la 26e Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP26), 70% des Français se déclarent pessimistes pour l'avenir de la planète et 44% jugent que la protection de l'environnement est un sujet prioritaire.

Si la notion d'empreinte carbone est connue, seulement 48% des personnes interrogées savent précisément de quoi il s'agit : l'empreinte carbone est un indicateur qui permet de mesurer l'impact d'une personne ou d'une entité sur l'environnement, notamment en considérant les émissions de gaz à effet de serre liées à son mode de vie ou à ses activités. 

Pour limiter leur empreinte carbone, une majorité des Français adoptent au quotidien des "écogestes" : 82% utilisent des ampoules à basse consommation, 81% trient leurs déchets, 80% utilisent des sacs réutilisables pour faire leurs courses, 61% consomment de l'eau du robinet, 59% achètent des produits de saison uniquement, 56% régulent leur chauffage, 55% réparent leurs équipements autant que possible et éteignent leurs équipements électriques au lieu de les laisser en veille...



Toutefois, l'engagement des Français se montrent moindre dans des "domaines fortement émetteurs de CO2", souligne le sondage. Pas question en effet de renoncer à la viande rouge pour 47% des Français, ni à la voiture pour les trajets quotidiens (50% s'y opposent) ou encore à l'avion pour les trajets en France (43% seulement privilégient le train à l'avion). Des progrès restent également à faire pour réduire l'empreinte carbone du numérique. Seuls 41% des Français ont renoncé au streaming pour regarder des vidéos et 40% limitent leurs envois d'e-mails et de pièces jointes. Moins de 30% ont acheté des téléphones ou ordinateurs reconditionnés.

Si 76% des sondés se disent motivés pour renforcer leurs bonnes pratiques écologiques dans les mois à venir, une intention plus sensible encore chez les employés (82%) et les cadres (81%), les femmes (81%) et les 25-34 ans (80%), plus de 60% jugent cet engagement coûteux et compliqués et ne sont pas prêts à payer davantage. Ils s'estiment en outre mal informés sur la manière de mettre en oeuvre les bonnes pratiques, et insuffisamment encouragés par leurs entreprises (55%), l'Etat et les collectivités locales (60%), ou leurs concitoyens (61%). Interrogés sur une redevance incitative, 70% d'entre eux estiment "que cette articulation fine entre bénéfice écologique et intérêt financier les motiverait", conclut le sondage.

* Sondage Odoxa réalisé par Internet pour les groupes Ebra et Suez entre le 30 juin et le 2 juillet, auprès d'un échantillon représentatif de 1.510 Français âgés de 18 ans et plus.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.