Emplois fictifs présumés : Marine Le Pen se rend au tribunal de Paris

Emplois fictifs présumés : Marine Le Pen se rend au tribunal de Paris
Marine Le Pen, le 20 mars 2019, à Paris

Orange avec AFP-Services, publié le mercredi 17 avril 2019 à 15h09

Les juges soupçonnent le RN et ses dirigeants d'avoir "de manière concertée et délibérée" mis en place un "système de détournement" des enveloppes allouées par l'UE à chaque député.

Marine Le Pen est arrivée mercredi après-midi au tribunal de Paris pour être de nouveau entendue par les juges qui l'ont mise en examen dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants d'eurodéputés FN (devenu RN).

La présidente du RN, qui conteste les faits, s'était refusée à répondre aux questions des magistrats lors de ses deux précédents interrogatoires, en juin 2017 et en octobre 2018, indiquant suspendre ses déclarations jusqu'à une décision de la Cour de cassation, qui a finalement rejeté ses recours en février.

Mise en examen pour "détournements de fonds publics", Marine Le Pen est soupçonnée d'avoir rémunéré sa cheffe de cabinet au FN, Catherine Griset, et son garde du corps, Thierry Légier, entre 2009 et 2016 en utilisant son enveloppe d'ancienne eurodéputée. Elle est aussi accusée d'avoir "donné des instructions" afin que des eurodéputés engagent comme assistants des personnes "occupant en réalité des emplois" au FN, au siège du parti à Nanterre (Hauts-de-Seine).Saisis fin 2016, les juges d'instruction soupçonnent le RN et ses dirigeants d'avoir "de manière concertée et délibérée" mis en place un "système de détournement" des enveloppes allouées par l'UE à chaque député pour rémunérer des collaborateurs parlementaires (21.000 euros mensuels), afin de permettre au parti de faire des économies sur ses salaires.
Dans la même affaire, Jean-Marie Le Pen avait lui rejeté la convocation des juges, qui envisagent sa mise en examen. Mais l'eurodéputé leur a opposé une fin de non-recevoir, s'estimant toujours couvert par son immunité malgré un vote contraire du Parlement européen.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.