Emploi : 64% des Français estiment que les chômeurs n'y mettent pas assez du leur

Emploi : 64% des Français estiment que les chômeurs n'y mettent pas assez du leur
Une majorité de Français semble penser que les chômeurs pourraient obtenir un emploi s'ils y mettaient davantage du leur.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 07 décembre 2017 à 10h15

Selon un sondage Odoxa publié par BFM Business, Aviva et Challenges, 64% des Français pensent que la part des chômeurs qui pourraient retrouver du travail s'ils s'en donnaient davantage les moyens ou s'ils se montraient moins "difficiles" est "importante". En clair, ils estiment que les demandeurs d'emploi ne font pas assez d'efforts pour décrocher un emploi.

Les sondés jugent qu'un renforcement des contrôles permettrait à Pôle emploi de mieux fonctionner (67%) et de faire des économies (65%).

Paradoxe, ils considèrent dans le même temps que ce renforcement est "illusoire", à 59%. Ils sont 69% à être favorables à la suspension des allocations chômage lorsque "les recherches du demandeur d'emploi sont jugées insuffisantes" et 61% à approuver la suspension des droits "lorsque le demandeur d'emploi refuse deux offres considérées comme décentes".



Pendant sa campagne, Emmanuel Macron a promis de multiplier les équipes de contrôle par cinq, en les faisant passer à un millier. Pour le chef de l'État, il s'agit d'une contrepartie à la réforme de l'assurance chômage qui pourrait s'ouvrir aux démissionnaires et aux indépendants en 2018 : extension des bénéficiaires mais renforcement du contrôle.

"Il faut qu'on s'assure qu'ils recherchent bien de manière active un emploi, il faut vérifier les efforts qui sont faits, et vérifier que ce n'est pas un multirécidiviste du refus", avait-il déclaré à la télévision le 16 octobre dernier. Début novembre, Pôle emploi avait présenté le premier bilan de son contrôle renforcé des chômeurs mis en place en septembre 2015. Selon l'établissement public, 86% des demandeurs d'emploi s'acquittaient de ses obligations.

Enquête réalisée les 29 et 30 novembre auprès d'un échantillon de 991 personnes représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus. Parmi lesquelles : 238 sympathisants de gauche, 137 sympathisants de LaREM, 148 sympathisants de droite hors FN et 130 du FN.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.