Emmanuel Macron : "la haine qu'on a pu voir déferler à l'égard de ma famille est inacceptable"

Emmanuel Macron : "la haine qu'on a pu voir déferler à l'égard de ma famille est inacceptable"
Emmanuel Macron jeudi 25 avril à l'Élysée.

Orange avec AFP-Services, publié le vendredi 26 avril 2019 à 15h35

Le chef de l'État a pris la parole, jeudi soir, durant une conférence de presse très attendue, pour présenter des mesures issues du grand débat organisé pour répondre à la crise des "gilets jaunes". S'il s'est livré à un mea culpa, il a en revanche fermement condamné les attaques personnelles. 

"Cette période m'a changé", a confessé Emmanuel Macron. "La politique qui a été menée a parfois été perçue comme lointaine, trop froide, venant de Paris, technocratique", a-t-il reconnu jeudi 25 avril. "J'en prends ma part, mais je ne veux pas qu'on m'en mette plus", a-t-il poursuivi. 




"Est-ce que ce qu'on a vécu ces derniers mois se justifie ?, interroge le chef de l'État. Je ne crois pas. Et, indépendamment de ma personne, la haine qu'on a pu voir déferler, à mon endroit, parfois à l'égard de ma famille, ce qui est inacceptable, à l'égard des élus de la République, ce qui l'est tout autant, je crois que, ça, c'est une dilution de la morale collective très profonde, qu'il nous faut condamner avec beaucoup de vigueur", a insisté Emmanuel Macron. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.