Emmanuel Macron balaye l'idée d'un confinement pour les non-vaccinés

Emmanuel Macron balaye l'idée d'un confinement pour les non-vaccinés
Le chef de l'Etat ne souhaite pas imiter les dirigeants autrichiens

publié le jeudi 18 novembre 2021 à 22h56

Des mesures allant en ce sens ont été prises en Autriche et en Allemagne.

Les Français non-vaccinés ne se verront pas imposer des restrictions, voire un confinement, comme c'est le cas en Autriche ou en Allemagne. Interrogé par La Voix du Nord, le chef de l'Etat Emmanuel Macron a assuré jeudi que le confinement des personnes non-vaccinés contre le covid-19 n'est "pas nécessaire en France".

"Les pays qui confinent les non-vaccinés sont ceux qui n'ont pas mis en place le pass.

Cette mesure n'est donc pas nécessaire en France", a ainsi expliqué le chef de l'État. "Par contre, je pense qu'on doit tous se faire les ambassadeurs de la vaccination. Je le vois, la parole publique a ses limites. Aidez-moi à convaincre ceux qui sont réticents, qui se sont enfermés dans une défiance solitaire", a-t-il dit.


Pour tenter d'endiguer l'épidémie, l'Autriche a choisi lundi, et c'est une première au sein de l'Union européenne, de confiner les personnes non vaccinées ou n'ayant pas contracté récemment le Covid-19. Du côté de Berlin, Angela Merkel a annoncé jeudi de sévères restrictions aux non-vaccinés alors que l'Allemagne connait un rebond important avec 65.371 nouveaux cas en 24 heures, du jamais vu depuis le début de la pandémie.

En France, dans le même temps, on a enregistré 20.366 cas positifs

Vers une dose de rappel généralisée ? 
Interrogé sur une éventuelle généralisation de la dose de rappel, Emmanuel Macron a dit à La Voix du Nord attendre "l'avis des autorités sanitaires".

"Pour les immunodéprimés, les personnes âgées, on sait que le bénéfice-risque est positif. S'il s'avère qu'une troisième dose est efficace et nécessaire pour les autres publics, évidemment, on l'intégrera dans la logique du passe" sanitaire, a-t-il ajouté.

Le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, a indiqué mercredi sur France Inter que le pays "va voir une accélération de la cinquième vague dans les prochaines semaines". Toutefois, l'immunologue veut être "d'un optimisme prudent". "Avec le niveau de vaccination que nous avons, nous avons les capacités pour faire face à la cinquième vague. À condition d'utiliser tous les outils de la boite à outil." Parmi ces outils, il y a la vaccination "de toutes les personnes pas vaccinées, la troisième dose, les gestes barrières, et appliquer le pass sanitaire dans l'ensemble de ce qu'il peut faire", a-t-il dit.
                

Vos réactions doivent respecter nos CGU.