Emmanuel Macron annonce la suspension de l'utilisation du vaccin AstraZeneca

Emmanuel Macron annonce la suspension de l'utilisation du vaccin AstraZeneca©Panoramic

, publié le lundi 15 mars 2021 à 16h30

Emmanuel Macron a annoncé, lundi 15 mars, que l'utilisation du vaccin AstraZeneca était suspendue pour 24 heures. La France souhaite attendre un nouvel avis de l'Agence européenne des médicaments avant une éventuelle levée de cette suspension.

La France a emboîté le pas de l'Allemagne.

À l'instar de Berlin, Emmanuel Macron a décidé, lundi 15 mars, de suspendre "par précaution" l'utilisation du vaccin AstraZeneca, soupçonné de produire des effets secondaires dangereux. Cette suspension, qui est censée être effective pour moins de 24 heures, est en vigueur dans l'attente d'un nouvel avis de l'Agence européenne des médicaments (EMA), qui est attendu mardi dans l'après-midi.


Une "stratégie européenne"

"La décision qui a été prise, en conformité avec notre politique européenne, est de suspendre par précaution la vaccination avec AstraZeneca, en espérant la reprendre vite si l'avis est favorable," a précisé le chef de l'État, à l'occasion d'un point presse organisé à Montauban (Tarn-et-Garonne). "Nous voulons être éclairés par la science et les autorités compétentes, et le faire dans le cadre d'une stratégie européenne", a-t-il poursuivi.

Quelques minutes avant cette prise de parole du président de la République, le gouvernement allemand avait donc déjà, par la voix de son ministre de la Santé, opté pour une suspension "à titre préventif" du vaccin élaboré par le groupe pharmaceutique britannico-suédois. L'Italie a pris une décision similaire, alors que plusieurs pays scandinaves (Islande, Norvège, Danemark) et les Pays-Bas avaient fait ce choix les jours précédents. L'Autriche avait été le premier État, le 8 mars dernier, à suspendre un lot de vaccins AstraZeneca, après la mort d'une infirmière qui venait d'en recevoir une dose. Âgée de 49 ans, elle était décédée en raison d'une mauvaise coagulation sanguine.

De "nouvelles décisions" à venir ?

Emmanuel Macron a aussi profité de son intervention devant les journalistes pour évoquer la situation sanitaire, qui pourrait contraindre l'exécutif à envisager de nouvelles mesures. "Nous aurons sans doute à prendre, dans les jours qui viennent, de nouvelles décisions," a-t-il ainsi concédé, sans donner davantage de précisions à ce sujet mais en assurant avoir "demandé au gouvernement de travailler pour que nous puissions prochainement donner de la visibilité à nos concitoyens, avec un calendrier". Et d'ajouter : "Il faut regarder la réalité, le caractère imprévisible de ce virus, sa dureté."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.