Emilie König, jihadiste française la plus recherchée, aurait été arrêtée en Syrie

Emilie König, jihadiste française la plus recherchée, aurait été arrêtée en Syrie
Un soldat à proximité de Deir Ezzor. en Syrie, le 15 septembre 2017

Orange avec AFP, publié le mardi 02 janvier 2018 à 09h00

Elle était la priorité numéro 1 des services de renseignements. Emilie König, jihadiste française la plus recherchée, aurait été arrêtée en Syrie, selon une information de RMC.

La Bretonne de 30 ans serait détenue par les forces kurdes.

C'est une perte importante pour Daesh. Emilie König, l'une des principales recruteuses de l'État islamique au sein de la population française, serait désormais aux mains des forces de la coalition internationale. La jeune femme a été incarcérée en Syrie, révèle RMC mardi 2 janvier. Cette fille de gendarme, originaire de Bretagne, avait été la première femme inscrite par les Etats-Unis sur la liste noire des terroristes internationaux, indique la station de radio. Elle faisait partie des combattants jugés les plus dangereux, faisant l'objet de sanctions internationales et d'interdictions de voyager.



Emilie König avait quitté la France une première fois en juillet 2013, avant de revenir quelques semaines plus tard pour récupérer ses deux enfants, en vain. Elle avait finalement rejoint les rangs de Daesh sans eux. La jeune femme était recherchée depuis 2014 pour avoir incité certains de ses proches à commettre des attaques sur le territoire français. Sur Internet, elle diffusait également des messages de propagande, notamment des vidéos, incitant les jeunes Français à prendre les armes.



Un an après son départ, elle s'était confiée sur les raisons de son ralliement à l'État islamique. Dans ce témoignage vidéo, elle expliquait avoir la sensation d'avoir été "humiliée". Celle qui se disait être en rupture avec la société réclamait le "respect". Selon une information RMC, une dizaine de Françaises et leurs enfants auraient été arrêtés en Syrie ces dernières semaines.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.