Elections régionales : 16 % des abstentionnistes déclarent ne pas avoir été suffisamment informés

Elections régionales : 16 % des abstentionnistes déclarent ne pas avoir été suffisamment informés
Photo d'illustration.

publié le vendredi 25 juin 2021 à 13h28

Pourquoi une telle abstention au premier tour des élections régionales et départementales dimanche 20 juin ? Défiance, manque d'informations et candidats pas à la hauteur... un sondage Odoxa pour Franceinfo et Le Figaro livrent des éléments de réponses.

16 % des abstentionnistes au premier tour des élections régionales et départementales n'ont pas voté parce qu'ils n'avaient pas eu les informations nécessaires pour le faire. C'est la principale information du sondage Odoxa* pour Le Figaro et Franceinfo, révélé jeudi 24 juin. Ce premier tour des élections régionales 2021 est marqué par une abstention record, soit 67 % d'absentions contre 50 % en 2015.




Dans le détail, 5 % des abstentionnistes n'ont pas voté parce qu'ils ne savaient pas qu'une élection avait lieu ou l'avaient appris trop tard. 12 % n'avaient quant à eux pas reçu les informations pratiques nécessaires pour aller voter (programmes, modalité du vote...). Selon Gaël Sliman, président d'Odoxa, "une proportion de 16% d'abstention aurait donc pu être évitée", a-t-il déclaré dans les colonnes du Figaro.



 
41 % des abstentionnistes n'étaient tout simplement pas disponibles ce jour-là. Les autres n'ont pas voté car ils estiment que leur vote ne sert à rien (17 %), que la politique ne les intéresse pas (24 %), que l'offre politique ne leur correspond pas (13 %).

Les partis politiques pointés du doigt

Très élevée pour ce premier tour des régionales, l'abstention est toutefois jugée inquiétante pour la démocratie par 73 % des Français dont 65 % des abstentionnistes. Et pour 91 % des personnes interrogées, elle est révélatrice d'une rupture entre les citoyens et la politique.




Pour 60 % des personnes interrogées, ce sont les partis politiques et les candidats qui sont responsables de l'abstention, n'ayant pas su intéresser les électeurs. Quant à Emmanuel Macron, 37 % l'accuse d'avoir voulu se servir de ces élections comme d'un premier tour de la présidentielle.

Pour lutter contre l'abstention, si le vote électronique est plébiscitée (78 %), le vote obligatoire est lui largement rejeté (65 %).

*Sondage réalisé sur un échantillon de 1005 Français par Internet les 23 et 24 juin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.