El Khomri : avec Mélenchon, "la droite devient presque superflue"

El Khomri : avec Mélenchon, "la droite devient presque superflue"
La ministre du Travail, Myriam El Khomri, doit faire face à une vive mobilisation contre son projet de loi travail.

publié le dimanche 05 juin 2016 à 10h18

- Dans une déclaration au Journal du Dimanche (JDD), la ministre du Travail, Myriam El Khomri s'en prend sévèrement à Jean-Luc Mélenchon qui "combat obsessionnellement un gouvernement de gauche", rendant la droite "presque superflue. -

"Jean-Luc Mélenchon qui se dit de gauche cible obsessionnellement un président de gauche, combat un gouvernement de gauche et invite des députés de gauche à censurer un Premier ministre de gauche", déplore Myriam El Khomri.

Avant d'asséner : "avec de tels responsables de gauche, la droite devient presque superflue."

Jean-Luc Mélenchon, cofondateur du Parti de gauche (PG), avait le 10 mai, appelé les députés à voter une motion de censure contre le gouvernement qui a décidé de recourir au 49-3 pour assurer l'adoption sans vote de la loi travail. Pour Jean-Luc Mélenchon, le projet de loi "est inepte depuis le début" et demande son "retrait". Et il s'en prend au gouvernement en déclarant : "ce n'est pas un gouvernement de gauche, il pratique une politique de droite, que la droite salue". La ministre du Travail avait jugé, le lendemain, "inconcevable" que des députés socialistes "puissent dérouler le tapis rouge à la droite" en votant la motion de censure contre le gouvernement.

MÉLENCHON DÉFILE AVEC LES "INSOUMIS"

Près de trois mois après le début de la mobilisation, les opposants à la loi travail restaient mobilisés jeudi dernier, avec de nouvelles manifestations et des grèves. L'intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et FIDL a appelé vendredi à "renforcer la mobilisation" contre le projet de loi travail et à participer "massivement" à la manifestation nationale prévue le 14 juin à Paris pour obtenir le retrait d'un texte porteur de "régressions sociales".


"La lutte paie", poursuit l'intersyndicale, qui en veut pour preuve le fait que le gouvernement "s'est vu contraint de céder à des revendications sectorielles légitimes". Mais "il s'obstine encore à ne plus rien lâcher sur la loi", dont l'intersyndicale demande toujours "le retrait". Le projet de loi travail sera débattu au Sénat à partir du 13 juin. Le Premier ministre, Manuel Valls, a promis qu'il ne céderait pas sur le fond, estimant que "reculer serait une faute politique".

Jean-Luc Mélenchon organise ce dimanche à 14h le "défilé des Insoumis" place Stalingrad à Paris, premier rassemblement de campagne qui doit permettre au candidat à la présidentielle de prouver qu'il n'est "pas un homme seul". "Ce doit être une démonstration de force, un message adressé à la France des puissants qui redécouvre ces temps-ci une réalité qu'elle croyait être parvenue à effacer du paysage", assurait lundi le candidat sur son blog.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.