Éducation nationale : un million de casiers judiciaires vérifiés, 26 personnes écartées

Éducation nationale : un million de casiers judiciaires vérifiés, 26 personnes écartées

Des écoliers lors de la rentrée 2017, dans l'ouest de la France.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 19 janvier 2018 à 08h45

Vingt-six fonctionnaires de l'Éducation nationale ont des casiers judiciaires présentant des condamnations pour atteintes sexuelles ou violences sur mineurs, ou encore pour détention d'images pédopornographiques, a indiqué le ministère de l'Éducation nationale vendredi 19 janvier, confirmant les informations de BFMTV. Ils ont été repérés grâce à un vaste plan de vérification portant sur un million d'enseignants et de personnels opéré sur les deux dernières années.

"Dans ce type de situation, notre exigence, c'est la protection des élèves mineurs et donc la fermeté absolue", a réagi le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer.

Les individus concernés, dont les actes ont été commis en dehors de l'école, ont été écartés des établissements scolaires.

L'Éducation nationale n'aurait jamais eu connaissance de ces faits sans cette vérification, explique BFMTV.

Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre de l'Éducation nationale, avait annoncé en 2016 ce plan de vérification, qui portait également sur une éventuelle inscription au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV). Cette initiative intervenait un an après l'affaire de Villefontaine, près de Lyon, où le directeur d'une école avait été mis en examen pour des viols sur de très jeunes élèves. La polémique était née du fait que le suspect avait déjà été condamné pour détention d'images pédopornographiques en 2008, sans que cela ne soit signalé à l'administration.

Après cette affaire, rappelle BFMTV, le Parlement avait adopté en 2016 la loi dite "Villefontaine" sur les cas de pédophilie dans l'enseignement. Elle permet "le contrôle, en cours de carrière, des antécédents judiciaires des agents en contact habituel avec des mineurs". Cette année-là, le ministère avait procédé à 30 radiations liées à des affaires de pédophilie, contre 27 en 2015 et 19 en 2014.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
100 commentaires - Éducation nationale : un million de casiers judiciaires vérifiés, 26 personnes écartées
  • avatar
    jpfrerot  (privé) -

    Bravo madame Najat Vallaud-Belkacem, c'est du bon travail qu'il fallait faire et vous l'avez fait ! Si certains enseignants ne vous supportaient pas, on comprend mieux pourquoi.

  • Et pourtant , il y en a une qui pavoise alors qu'elle était coupable de détournement de mineur par adulte ayant autorité ......
    A l' époque l' éducation nationale a fermé les yeux .
    Qu' en pense le président ?

  • si seulement l'église de France avait le même courage y'aurait peut être un peu plus de confiance dans les milieux catholiques mais on n'a bien compris que vu le nombre de prêtres impliqués, l'église de France ne soit pas pressée de mettre un coup de pied dans la fourmilière.

    Ben voyons... Mais maintenant, nous avons donc la preuve que ces personnes ont continué à exercer au sein de l'Education nationale pendant des années, même après avoir été condamnées !
    C'est donc plus accablant que ce que vous dénoncez pour l'église.

  • En réponse à volato .....

    Oui bien sûr, normalement (j'insiste sur ce mot) les élèves de l'éducation nationale sont mineurs ..... normalement, ..... normalement ils ne sont que mineurs ... mais ça c'est normalement .... or il n'y a que bien peu de choses normales dans certains de nos établissements ...

    combien de majeurs trainent encore leur nonchalance dans les corridors de l'EN tout en laissant derrière eux une adolescence pour le moins mal maîtrisée .... ?

    A la session 2014, l'âge moyen des candidats au bac pro était de 19,5 ans contre 20,6 ans en 2010...... et je ne parierais pas sur une évolution à la baisse depuis 2014 .....


    ....

  • Nous avons donc la preuve que ces personnes ont continué à exercer au sein de l'Education nationale pendant des années, même après avoir été condamnées !