EDF : des millions de Français concernés par un rattrapage tarifaire

EDF : des millions de Français concernés par un rattrapage tarifaire
Le rattrapage moyen pour la période comprise entre le 1er août 2014 et le 31 juillet 2015 sera de 30 euros.

Orange avec AFP, publié le vendredi 07 avril 2017 à 15h14

CONSOMMATION - Appliquant deux décisions du Conseil d'État, qui avait jugé "insuffisant le niveau de l'évolution des tarifs réglementés de vente" pour la période du 1er août 2014 au 31 juillet 2015, EDF va réclamer en moyenne 30 euros de plus à ses clients.

Après un premier rattrapage tarifaire pour la période 2012-2013 début 2015, EDF procède actuellement à une nouvelle régularisation, pour la période du 1er août 2014 au 31 juillet 2015 cette fois, révèle la revue 60 millions de consommateurs. Comme il y a deux ans, ce rattrapage se chiffre à une trentaine d'euros en moyenne pour les quelques 28 millions de foyers français concernés.



Sur Twitter, certains ayant déjà vu leur facture s'alourdir ne se sont pas privés de se plaindre sur les réseaux sociaux.





LA DÉCISION DU CONSEIL D'ÉTAT

Des courriers d'explicatifs sont joints à chaque envoi précise EDF, qui est contrainte d'appliquer deux décisions du Conseil d'État rendues le 15 juin 2016. Les magistrats, saisis par des opérateurs concurrents, avaient estimé que la hausse des tarifs réglementés n'avait pas été suffisante.

Cette hausse s'appliquera donc à tous les clients qui avaient durant la période concerné un contrat de fourniture d'électricité au tarif réglementé. Les abonnés des fournisseurs alternatifs (notamment Direct Énergie) sont également concernés si leurs contrats pour cette période étaient indexés sur le tarif réglementé.

LE DERNIER RATTRAPAGE ?

Les abonnés EDF doivent-ils s'attendre l'année prochaine à une nouvelle régularisation ? Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), les comptes sont soldés pour les années 2013, 2014 et 2015. Mais il resterait un reliquat pour l'année 2012.

Mais ces hausses rétroactives ne devraient plus se reproduire. "Ce n'est plus le gouvernement, mais la CRE qui propose désormais l'évolution du tarif réglementé", explique 60 millions de consommateurs. Les calculs politiques ne devraient donc plus influencer de telles décisions.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.