Ecoles : Jean-Michel Blanquer annonce un nouveau protocole sanitaire "allégé", malgré les doutes sur le terrain

Ecoles : Jean-Michel Blanquer annonce un nouveau protocole sanitaire "allégé", malgré les doutes sur le terrain
(Photo d'illustration)

, publié le mardi 16 juin 2020 à 20h34

Le document sera publié mercredi et devrait permettre notamment l'assouplissement des règles de distanciation.


A la suite des annonces du président de la République, le ministère de l'Education va détailler les mesures censées permettre l'allègement du protocole sanitaire dans les écoles. Avec une présence obligatoire, "cet allègement se traduit par plusieurs mesures mais la principale c'est l'allègement des conditions de distanciation physique", a rappelé le ministre de l'Education lors de la séance de questions à l'Assemblée nationale.

Jusqu'à présent, le protocole impose une distanciation entre élèves de 4m2. Désormais il ne faudra plus respecter qu'une distance d'"un mètre latéral entre chaque élève".

"Nous travaillons avec les organisations représentatives et en lien avec le ministre de la Santé" pour que le nouveau protocole soit "publié demain" (mercredi), a déclaré Jean-Michel Blanquer.


Des doutes du terrain

Après l'annonce de ce retour à la normale, de nombreux directeurs d'école ont fait état de doutes sur la possibilité d'accueillir tous les élèves avec un protocole qui, malgré l'assouplissement prévu, restera contraignant.

"L'architecture des écoles, la superficie des salles de classes, leur mobilier et les effectifs de classe resteront des contraintes indépassables", a rappelé mardi le premier syndicat du primaire, le Snuipp-FSU. "Tous les élèves ne pourront pas revenir à l'école en même temps", selon le syndicat.


L'Association des maires de France (AMF) s'interroge aussi sur la mise en œuvre, tout comme l'Association des petites villes de France (APVF), qui demande un "assouplissement" plus significatif des mesures. 

Ce retour de tous les élèves à l'école "implique cependant le respect d'un certain nombre de conditions, tout particulièrement la présence des enseignants ainsi qu'un allègement conséquent du protocole sanitaire", note l'association, présidée par le maire LR de Troyes François Baroin. 

"Les premières précisions relatives à l'instauration de la distanciation sociale d'un mètre latéral et le maintien du non-brassage des groupes d'élèves soulèvent dès à présent des interrogations", poursuit-elle.


Pour l'Association des Petites Villes de France, présidée par Christophe Bouillon, maire de Barentin (Seine-Maritime), le respect du nouveau protocole sanitaire "ne permet pas à la plupart des maires de petites villes d'accueillir l'ensemble des écoliers", écrit-elle.

"Malgré la bonne volonté des élus locaux et des directeurs d'école, dans la plupart des locaux il n'est pas possible de faire respecter" la distance d'un mètre entre chaque élève "en accueillant des classes entières". 

Et "le fait d'interdire aux élèves de différentes classes de se croiser au sein de l'établissement semble en décalage avec les mesures sanitaires préconisées à l'extérieur des écoles", ajoute l'APVF, qui demande au gouvernement "d'assouplir encore davantage le protocole sanitaire".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.