École à la maison : une cyberattaque "venue de l'étranger" sème la pagaille sur les serveurs, selon Jean-Michel Blanquer

École à la maison : une cyberattaque "venue de l'étranger" sème la pagaille sur les serveurs, selon Jean-Michel Blanquer
Jean-Michel Blanquer à Paris, le 3 février 2021.

, publié le mardi 06 avril 2021 à 12h26

"Ce matin nous avons identifié des problèmes de connexion en Île-de-France, dans le Grand-Est, en Normandie, vers Orléans-Tours... et sur le site virtuel du Cned", ont déploré les syndicats.

"Un an après, ça recommence !".

Mardi 6 avril au matin, ils étaient nombreux, sur les réseaux sociaux, à s'insurger contre les bugs informatiques sur les plateformes d'enseignement à distance, alors que les Français ont entamé une semaine d'école à la maison. L'explication est venue directement du ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer : un incendie, mais également une cyberattaque ont perturbé l'accès aux serveurs.

Le site du CNED, "Ma classe à la maison", a été victime d'"attaques informatiques apparemment venues de l'étranger", a expliqué Jean-Michel Blanquer, en marge d'un déplacement, selon franceinfo. "Le travail technique est en train d'être fait pour rétablir cela, a-t-il précisé. Ça ne touche pas tout le monde partout".


Quant aux difficultés d'accès à de nombreux espaces numériques de travail (ENT) -qui dépendent des collectivités locales-, en "Île-de-France" et "une ou deux" autres régions, le ministre avait également une explication. Ces ENT "dépendent d'un opérateur qui a eu un incendie à Strasbourg il y a quelque temps qui n'a pas pu faire face à l'afflux de connexions ce matin. J'espère que les collectivités locales concernées vont pouvoir, avec les opérateurs privés, rétablir très vite cette connexion."

Les établissements scolaires sont fermés depuis vendredi soir et les vacances de printemps ont été unifiées en France à partir du 12 avril, avant une rentrée le 26 avril en présentiel dans les écoles et en distanciel pendant une semaine de plus dans les collèges et lycées. L'an dernier, l'école à la maison avait mal commencé, avec des réseaux saturés et des espaces de travail inaccessibles. Des difficultés résolues au bout de quelques jours. Depuis, le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer avait assuré que tout était "prêt" si un nouvel épisode d'école à distance était mis en place.

"Aucune leçon n'a été tirée"

Mais "ce matin nous avons identifié des problèmes de connexion en Île-de-France, dans le Grand-Est, en Normandie, vers Orléans-Tours... et sur le site virtuel du Cned", a indiqué à l'AFP Sophie Vénétitay, du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire.

"Il semble que ce sont à la fois les environnements numériques de travail (ENT) liés aux collectivités et au ministère de l'Education qui ont planté", a-t-elle dit. "On se retrouve exactement dans la même situation que l'an dernier, on a l'impression qu'aucune leçon n'a été tirée. Il y a beaucoup de colère et d'amertume", a ajouté Sophie Vénétitay.

"L'impossibilité d'utiliser les outils institutionnels aux premières heures de cette nouvelle période d'enseignement à distance risque d'aggraver encore le décrochage", a réagi Sud Education dans un communiqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.