Ecole à la maison : la plateforme du Cned de nouveau attaquée

Ecole à la maison : la plateforme du Cned de nouveau attaquée
(Photo d'illustration)

, publié le jeudi 08 avril 2021 à 10h49

La plateforme "Ma classe à la maison" connaissait de nouvelles difficultés jeudi matin, le Cned expliquant sur Twitter faire face à de nouvelles cyberattaques.

Cette semaine d'école à la maison, avant deux semaines de vacances scolaires unifiées, mise en place pour faire face à l'épidémie de Covid-19 est bien compliquée. Les difficultés s'enchaînent en effet pour la plateforme "Ma classe à la maison" du Cned (Centre national d'enseignement à distance), qui connaît pour le troisième jour consécutif, sur quatre que compte cette semaine de Pâques, des pannes et bugs à répétitions. 




Jeudi 8 avril, aux alentours de 8H30, les trois sections école, collège et lycée, étaient en effet inaccessibles, rapporte BFMTV.

A chaque tentative de connexion, une "page d'erreur 502" apparaissait. Un bug qui peut être lié à une surcharge des serveurs, si trop de personnes essayent de se connecter en simultané au site, ou en cas de cyberattaque, explique la chaîne d'info.



Sur Twitter, le Cned a en tous cas affirmé jeudi matin que ses services étaient "de nouveau la cible de cyberattaques depuis cette nuit". Ce qu'a confirmé le ministère de l'Education nationale à BFMTV, évoquant également des cyberattaques de Parcoursup.


La plateforme Cned a déjà subi une série d'attaques informatiques mardi, au premier jour du retour de l'enseignement scolaire à distance. La section cybercriminalité du parquet de Paris a dans la foulée ouvert une enquête. 

Le Cned a par ailleurs indiqué mardi soir son intention de "déposer plainte", "devant ces actes délibérés de malveillance", évoquant notamment "plusieurs dizaines d'attaques envers le site de continuité pédagogique 'Ma Classe à la Maison', qui n'ont pu être totalement bloquées par l'opérateur". 

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer avait lui évoqué dès mardi matin une "très forte attaque informatique venue de l'étranger", sans plus de précisions sur son origine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.