"Du point de vue de l'Éducation nationale, on est au stade 3", annonce Blanquer

"Du point de vue de l'Éducation nationale, on est au stade 3", annonce Blanquer©Panoramic

publié le vendredi 13 mars 2020 à 09h00

Le ministre de l'Éducation nationale a affirmé sur les ondes de France Inter ce vendredi matin, au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron, que la fermeture des écoles est avant tout une façon de "mettre fin à l'accélération de l'épidémie", avant de détailler les mesures vont être mises en place. 

Revirement de situation du côté de l'Éducation nationale. Alors que mercredi encore le ministre Jean-Michel Blanquer annonçait qu'une fermeture totale de toutes les écoles françaises n'avait "jamais" été envisagée, le président de la République a annoncé jeudi soir, lors de son allocution télévisée aux Français que les crèches, écoles et universités seraient toutes fermées à partir de lundi.


Au lendemain des annonces-chocs d'Emmanuel Macron, le ministre de l'Éducation nationale ne mâche pas ses mots.

"Du point de vue de l'Éducation nationale, on est au stade 3", a ainsi lâché Jean-Michel Blanquer au micro de France Inter. "Il y a eu une réunion de scientifiques hier, autour du président de la République, et ils ont estimé qu'il fallait qu'on passe à une nouvelle étape, qui nécessite de fermer les écoles, les collèges, les lycées et les universités. C'était une façon de mettre fin à l'accélération de l'épidémie", s'est justifié le ministre interrogé sur le revirement de situation. D'après lui, de telles mesures n'ont pas été mises en place depuis le début de la Seconde Guerre mondiale, en 1939.

"Jusqu'au vacances du printemps"

Questionné sur la durée de la mesure, le ministre de l'Éducation nationale a précisé l'expression "jusqu'à nouvel ordre", indiquée la veille dans son discours par le chef de l'État. "On parle de semaines, qui peuvent devenir des mois", a-t-il expliqué. Et de renchérir : "Ce qui est certain, c'est qu'on va aller au moins jusqu'aux vacances de printemps. C'est le mois de mars qui va être principalement touché." Quid du baccalauréat et des autres concours dans ce contexte si particulier ? Ces derniers ne sont pour l'heure pas directement menacés, a affirmé Jean-Michel Blanquer.

Pas de vacances pour autant non plus donc pour les élèves. Le mot d'ordre du ministre de l'Éducation est la "continuité". "Chaque parent d'élève va recevoir une adresse internet qui lui permet de se connecter à la classe virtuelle. Beaucoup recevront un coup de téléphone", annonce le ministre qui ne souhaite laisser aucun élève sur le bord de la route. Quand cela démarrera-t-il ? "Les documents sont prêts, les instructions sont prêtes", a assuré Jean-Michel Blanquer.

"Au minimum 15 jours", estime le ministre de la Santé

Parallèlement, le ministre de la Santé, Olivier Véran, était l'invité d'Europe 1. "La durée m'est inconnue et, si je pouvais la donner, je la donnerais", a-t-il confié au sujet de la fermeture des établissements scolaires. Et d'ajouter : "Imaginez bien qu'elle sera la plus courte possible." Confiant que "ce n'est pas de gaité de coeur" qu'une telle mesure est mise en place, Olivier Véran a tout de même mentionné un nombre de jours. Parlant de la "durée nécessaire pour que ce coup de frein massif soit pleinement opérationnel et qu'on puisse protéger nos hôpitaux", le ministre de la Santé a parlé d'un "minimum" de "15 jours".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.